samedi 27 mai 2017

A sa place

Auteur : Ann Morgan
Editions : Presses de la Cité (2017)
Nbre de pages : 408


Présentation de l'éditeur :
Au départ, ce n'était qu'un jeu.
Helen et Ellie sont identiques. En apparence, du moins. Car, si ces jumelles de six ans se ressemblent comme deux gouttes d'eau, elles savent bien qu'elles sont différentes. Helen est la chef, Ellie son ombre. Helen décide, Ellie obéit. Helen invente des jeux, Ellie y participe. Jusqu'au jour où Helen en propose un plus original : intervertir leurs rôles, juste pour une journée. La farce fonctionne si bien que leur propre mère n'y voit que du feu. Et les deux fillettes s'amusent comme jamais. Mais le soir venu, alors que chacune devait reprendre sa place, Ellie, pour la première fois, dit non. Elle veut rester Helen. Pour cette dernière, c'est le début de la descente aux enfers. 
Âpre et fascinant, ce thriller psychanalytique aux allures de mémoires explore les non-dits sur lesquels sont bâties bien des familles. Parce que, souvent, derrière les apparences se cachent des vérités inavouables.


Mon avis :

Ce qui m'intéressait dans cet ouvrage était la thématique de la gémellité. J'aime toujours autant les possibilités que cela laisse présager surtout dans un thriller psychologique.

Dans cet ouvrage, on va faire la connaissance de Helen et Ellie qui vont interchanger leur rôle pour une journée, à la demande d'Helen, la soeur dominante. Mais il y a une chose à laquelle Helen ne s'attendait pas c'était qu'Ellie, à la fin de la journée, refuse de reprendre sa place. La soeur dominée voulait rester dominante.

Comment ne pas être attirée par un tel synopsis ?

J'étais partie avec des idées bien précises sur ce livre et si le début a été très prenant, même si j'avais quand même du mal à intégrer certains surnoms, j'étais embarquée sur cette double narration se déroulant dans le passé puis le présent.

Les soeurs sont intéressantes à découvrir surtout à partir du moment où Ellie ne veut pas redevenir celle qui subit les choses...

Mais malheureusement, le roman ne m'a pas vraiment convaincue plus que ça.

En fait, c'est surtout le style narratif qui n'a pas fait son devoir, tout simplement parce que l'auteur a décidé d'utiliser trois sortes de narration : celle en "je", celle en "tu" et celle à la troisième personne du singulier.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi elle a utilisé autant de point de vue surtout qu'avec la narration en "tu" on a du mal à s'intégrer à l'histoire. Et là, je me rends compte qu'il peut y avoir deux possibilités : soit l'auteur parle directement à la pseudo-Ellie (donc Helen qui n'a pas pu reprendre son identité) soit c'est elle-même qui se parle comme si elle avait un dédoublement de personnalité. Cette façon de voir les choses vient juste de m'effleurer l'esprit et cela fait prendre au roman une toute autre tournure.

De toute façon, même en réfléchissant encore, je m'aperçois que ce roman avait un gros potentiel mais l'auteur a fini par me perdre petit à petit, surtout arrivée à la moitié du livre.

On attend quand même à ce que cela bouge davantage mais en fait non. Même s'il se passe toujours quelque chose et que l'on alterne passé et présent nous permettant de voir et surtout comprendre beaucoup de choses qui se passent ou se sont passées dans cette famille, mon sentiment général reste qu'il aurait dû être écrit différemment pour que le lecteur puisse réellement se mettre à la place d'Helen et encore plus ressentir ce mal-être de ne plus être elle, d'avoir perdu son identité, de ne pas arriver à se reconstruire en étant obligée d'être sa soeur...

J'aurais tellement aimé ressentir davantage d'émotions que je sors quand même déçue de cette lecture surtout que l'explication fournie à la fin ne m'a pas plus convaincue et que la mère des jumelles est vraiment à baffer !!!

En bref, "A sa place" a été une lecture qui m'a pris du temps parce que j'avais du mal à avancer par moment à cause d'un style narratif changeant sans arrêt mais l'alternance entre le passé et le présent permet de bien cerner cette famille ô combien bien particulière. Ce roman est exactement comme cette famille : particulier. Il ne plaira pas forcément à tout le monde mais il a quand même un potentiel qui malheureusement n'a pas été utilisé comme il le fallait pour me permettre d'entrer pleinement dedans et le trouver génial. C'est dommage !

mardi 23 mai 2017

The blackstone affair : Ne résiste pas (T1)

Auteur : Raine Miller
Editions : Presses de la Cité
Nbre de pages : 557


Présentation de l'éditeur :
Ex-soldat des forces spéciales britanniques reconverti en agent de sécurité VIP, Ethan Blackstone reçoit d'un ancien partenaire de poker une demande inédite : protéger sa fille, qu'il pense en danger. Ethan refuse tout d'abord la mission. Mais quand il reçoit une photo de Brynne Bennett, il change immédiatement d'avis, subjugué par sa beauté. 
La jeune femme a quitté les États-Unis pour poursuivre ses études d'art à Londres. Si sa vie est en apparence idyllique, Brynne cache pourtant une part d'ombre. 
Quand Ethan et Brynne se rencontrent, l'attraction est immédiate, magnétique... Irrésistible. Jusqu'au jour où elle découvre qu'Ethan lui a menti depuis le début.


Mon avis :

La semaine dernière, j'avais besoin de lectures détente et j'ai jeté mon dévolu sur ce premier tome de la saga The Blackstone Affair et je n'ai pas été déçue de mon choix.

Le résumé présente le tout début du roman. Je ne referai donc pas de blabla à ce sujet.

Ce que je peux vous dire c'est que ce roman érotique m'a beaucoup accrochée, et ce dès le début.

Les personnages, même s'ils sont classiques dans leur physique (elle, belle à tomber, bien foutue... et lui ayant un corps de Dieu...), ont aussi un passé qui les a marqués très profondément.

C'est ce côté là qui m'a beaucoup plu et touchée parce qu'en dehors de leur histoire qui amène un peu trop de scènes de sexe à mon goût (nous y avons droit à chaque chapitre...), on ressent que l'un et l'autre sont perturbés par ce qu'ils ont vécu auparavant.

Il leur faudra du temps avant de se dévoiler à l'autre et encore qu'Ethan reste plus mystérieux sur son passé de soldat et ce qu'il a pu vivre lors d'une mission en Afghanistan, mais on sent que petit à petit la confiance se met en place, l'envie de vivre pleinement leur histoire se fait ressentir aussi et c'est beau et touchant à la fois.

J'ai peut-être un peu moins accroché à l'histoire du passé de Brynne parce que déjà vue dans d'autres romans mais cela étant, il va y avoir une répercussion dans son présent par rapport à un évènement qui est en train de se dérouler...

La fin est prenante et on se demande ce qu'il va en être pour ces deux êtres tant marqués par la vie et la lectrice que je suis a bien envie de connaître la suite.

L'écriture est fluide et accrocheuse même si l'auteur n'hésite pas à être un peu trop crue par moment. J'ai surtout eu du mal à accepter le terme de "baise" lorsque l'on vit une relation comme Ethan et Brynne la vive. Pour moi, il y a une grande différence entre "baiser" et "faire l'amour" à quelqu'un. C'est ce qui m'a choquée surtout dans la deuxième partie du roman où l'on sent que les sentiments sont bien là.

Mais je chipote parce que l'ensemble m'a bien plu et que je reste ouverte à la lecture du tome 2, "Ne juge pas", à paraître en juin.

lundi 22 mai 2017

Ma vie (pas si) parfaite

Auteur : Sophie Kinsella
Editions : Belfond (2017)
Collection : Mille comédies
Nbre de pages : 465


Présentation de l'éditeur :
À Londres et dans le Somerset, de nos jours.
Sorties culturelles, soirées animées, restos branchés, job de rêve dans une grande agence de pub, d'après ses comptes Facebook et Instagram, Katie, 26 ans, vit la vie géniale des it-girls de Londres.
En réalité, elle loue une fortune une chambre minuscule dans une coloc à presque deux heures du centre, vit sur un budget tellement serré qu'elle doit parfois choisir entre un repas et un " mokaccino " hors de prix et travaille pour une boss cauchemardesque. Et quand cette dernière décide de la virer sous un prétexte pour le moins léger, Katie n'a d'autre choix que de rentrer chez son père dans le Somerset.
Mais pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d'elle ? Katie va trouver un moyen de faire venir Londres à elle et de faire de la ferme familiale l'endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu'il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et avec eux, de vieilles connaissances...


Mon avis :

Lire du Sophie Kinsella c'est, à coup sûr, prendre une vraie bouffée d'oxygène qui fait du bien au moral.

J'avais besoin de ça et je n'ai pas traîné à lire le dernier titre de l'auteur parce que je sortais de trois lectures qui ne m'avaient pas vraiment emportée et j'avais vraiment besoin d'une valeur sûre. Kinsella était là pour mon plus grand plaisir et mon plus grand bonheur.

Je ne referai pas de résumé de l'ouvrage parce que, comme à leur habitude, les Editions Belfond font ça très bien et qu'il n'est pas besoin d'en dire davantage.

J'ai adoré suivre Katie dans ses déboires avec sa boss mais surtout de voir comment elle allait sortir de sa situation de chômeuse qui ne veut pas en parler à son père...

Comme à chaque fois, Sophie Kinsella met en avant des thèmes sérieux dans un contexte de chick-lit qui font que le lecteur se laisse emporter par un personnage ultra-sensible et rigolo qui se met dans des situations bien compliquées qui font sourire voire même rire...

On aura aussi droit à notre petite romance qui fait du bien et que j'ai beaucoup aimé suivre même si j'étais quand même sur mes réserves quant à cet homme...

Katie est une jeune femme aussi naïve que combattante lorsqu'elle a une idée en tête.

J'ai beaucoup aimé la première partie qui nous place dans la vie que mène Katie à Londres jusqu'à son licenciement mais c'est surtout la seconde partie qui vaut son pesant d'or...

Les chapitres sont plutôt longs mais il s'y passe tellement de choses et la plume de l'auteur est tellement entraînante que l'on ne voit pas les pages défiler. Le rythme est bien soutenu et il y a toujours matière à en vouloir encore plus au point que l'on a bien du mal à le lâcher.

Une chose est sûre, si vous vous décider à lire ce dernier titre de Sophie Kinsella, vous ne verrez plus du même oeil la vie à la ferme...

Sophie Kinsella sait parfaitement y faire avec ses lectrices pour les emporter dans des histoires toutes simples mais ô combien plaisantes et déstressantes, même si les thèmes que l'on retrouve ici tels que le licenciement abusif, le chômage, le stress au travail... sont magnifiquement abordés.

En bref, Ma vie (pas si) parfaite est un roman à déguster sans modération. S'il nous fait passer un très bon moment avec Katie, il nous fait aussi réaliser que notre vie de "salarié de bas-étage" n'est pas si imparfait que ça malgré les problèmes que l'on peut rencontrer au quotidien mais surtout qu'il ne faut jamais se démotiver et aller de l'avant quoi qu'on puisse nous dire...

C'est lundi... que lisez-vous ? (157)



Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Une semaine plutôt sympa avec trois romans dont deux m'ont vraiment bien plu.
Le soleil est pour toi est un roman jeunesse aux thèmes très sérieux. J'en attendais quelque chose de différent et j'ai trouvé que par moment, c'était un peu lent et long. Je ne regrette pas ma découverte mais il ne m'a pas apporté ce que j'en attendais véritablement.
Ma vie (pas si) parfaite de Sophie Kinsella a été une bouffée d'oxygène qui m'a fait un bien fou. Après trois lectures pas exceptionnelles et un roman jeunesse m'ayant mise un peu la pression, j'avais vraiment besoin de me détendre et le Sophie Kinsella l'a fait à la perfection. Je vous le recommande fortement. Mon avis est prêt et arriver dans la matinée.
Quant au premier tome de la saga "The Blackstone affair : "Ne résiste pas", ce fut une lecture très chaude, voire même peut-être un peu trop. Les personnages de Brynne et Ethan sont supers sympas à suivre et j'ai beaucoup aimé connaître leurs secrets. Mais j'ai aussi trouvé qu'il y avait trop de scènes de sexe que l'on retrouve dans chaque chapitre. Ca devient trop répétitif et un peu lassant. Mais l'ensemble se lit très bien et je lirai très certainement la suite.


Ce que je suis en train de lire

Au départ, ce n'était qu'un jeu.
Helen et Ellie sont identiques. En apparence, du moins. Car, si ces jumelles de six ans se ressemblent comme deux gouttes d'eau, elles savent bien qu'elles sont différentes. Helen est la chef, Ellie son ombre. Helen décide, Ellie obéit. Helen invente des jeux, Ellie y participe. Jusqu'au jour où Helen en propose un plus original : intervertir leurs rôles, juste pour une journée. La farce fonctionne si bien que leur propre mère n'y voit que du feu. Et les deux fillettes s'amusent comme jamais. Mais le soir venu, alors que chacune devait reprendre sa place, Ellie, pour la première fois, dit non. Elle veut rester Helen. Pour cette dernière, c'est le début de la descente aux enfers. 
Âpre et fascinant, ce thriller psychanalytique aux allures de mémoires explore les non-dits sur lesquels sont bâties bien des familles. Parce que, souvent, derrière les apparences se cachent des vérités inavouables.

Je repars dans les thrillers avec ce titre qui me tente depuis sa réception. Je le lis en lecture commune avec Amandine de la chaîne Amandinelovereading. J'ai hâte de voir ce qu'il donne pour vous en reparler très vite.

Je poursuis aussi ma lecture VO "A million worlds with you". Je le lis très lentement mais avec délectation. Après tout, c'est le dernier tome de la série "Firebird" 😊


Ce que je lirai ensuite



Une petite romance historique entre deux policiers-thrillers, je pense que ma semaine sera très bonne.
Je vous dis ça la semaine prochaine.
En attendant, bouquinez bien et profitez de ce long week-end de l'Ascension si vous faites le pont 😊

dimanche 21 mai 2017

Le soleil est pour toi

Auteur : Jandy Nelson
Editions : Gallimard (2017)
Collection : Pôle Fiction
Nbre de pages : 486


Présentation de l'éditeur :

Jumeaux à la complicité fusionnelle, Noah et Jude ont tout pour être heureux sous le ciel bleu de Californie. Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l'effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd'hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un drame les a anéantis et chacun doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.


Mon avis :

Ce roman est composé de deux périodes dans laquelle on va suivre et découvrir petit à petit comment la relation entre Noah et Jude, des jumeaux, a pu basculer du jour au lendemain.

Les chapitres se feront en alternance entre une narration racontée par Noah lorsqu'ils avaient 13-14 ans et celle racontée par Jude à 16 ans.

Les chapitres sont très longs et je n'ai pas forcément trouvé beaucoup de rythme à cette histoire.

J'étais curieuse de savoir ce qui était arrivé à ces jumeaux pour qu'ils en viennent à ne plus de comprendre, ne plus se parler. La thématique de la gémellité m'a toujours intéressée et j'attendais peut-être un peu trop de ce roman.

Globalement, il est quand même intéressant à découvrir et les personnages de Noah et Jude sont attachants à leur façon.

Un évènement grave s'est déroulé lorsqu'ils avaient 13 ans mais la séparation ou plutôt le manque de compréhension de l'un envers l'autre a commencé bien avant ce fait qui va tout faire basculer davantage.

L'auteur va amener beaucoup de thèmes dans son roman et notamment comment trouver sa propre personnalité lorsque l'on est aussi proche qu'avec un jumeau, l'amitié, les premiers amours, l'homosexualité, le divorce et ses conséquences.

Tout ne sera pas jeté comme ça vite fait bien fait. L'auteur prend son temps pour tout nous dévoiler et si j'ai pu comprendre pourquoi elle avait agi de la sorte, mettant ainsi une certaine tension dans son roman qui pousse inéluctablement le lecteur à en vouloir encore plus, j'étais aussi un peu déçue que ce soit aussi long.

Certains passages, je dois vous l'avouer, m'ont paru lent au point que je me demandais quand cela allait bouger.

J'aurais aimé que Noah prenne davantage sur lui; qu'il arrive à parler à sa soeur de ses bouleversements intérieurs qui le minent terriblement.

C'est un gamin très sensible qui s'exprime par le dessin. J'ai parfaitement imaginé les dessins qu'il pouvait réaliser et cela aurait été sympa d'avoir des illustrations qui auraient pu porter énormément à cette histoire.

Le personnage de Jude est un peu plus combattif même si elle a beaucoup de mal à aller vers son frère pour tout un tas de raisons.

L'un comme l'autre, ils n'arrivent pas à avouer les secrets qui ont changé la donne de leur relation à un moment important de leur vie.

Les non-dits se cumulent, le malaise aussi et c'est avec l'art que l'un et l'autre vont réussir à s'exprimer.

C'est un très joli roman qui pourtant ne m'a pas emportée comme je l'aurais pensé au départ. Il montre à quel point il faut être à l'écoute les uns des autres que l'on soit frère-soeur ou enfants-parents. Jandy Nelson a su parfaitement lancer son message à travers Le soleil est pour toi, même s'il m'a manqué un peu plus de pep's pour que j'adhère totalement.

jeudi 18 mai 2017

Le puits des mémoires : la traque (T1)

Auteur : Gabriel Katz
Editions : Scrinéo (2016)
Nbre de pages : 268



Présentation de l'éditeur :
Trois hommes se réveillent dans les débris d'un chariot pénitentiaire accidenté en pleine montagne. Aucun d'eux n'a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l'autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.



Mon avis :

Ce roman traînait dans ma liseuse depuis pas mal de temps et c'est grâce au mois de la fantasy organisé par Stéphanie de la chaîne Pikiti Bouquine que je me suis lancée dedans...

Je ne ferai pas de résumé complémentaire vu que celui de l'éditeur suffit amplement pour savoir le début de l'intrigue.

Ce que je peux vous dire c'est que j'avais tellement entendu de bien de cette trilogie avec des coups de coeur à foison que je m'attendais à quelque chose d'exceptionnel avec une lecture hyper prenante.

J'ai trouvé le début très lent mais je me disais que c'était une mise en place et qu'il fallait laisser le temps à l'auteur de nous expliquer les choses.

Mais cette lenteur a quand même perduré sur plus de la moitié du bouquin au point que, petit à petit, mon intérêt s'émoussait et que j'avais de moins en moins envie de le lire.

J'étais quand même curieuse de savoir ce qui allait arriver à Olen, Nils et Karib mais certains détails sur leurs adversaires tardent quand même à venir et c'est là que j'ai eu du mal à accrocher.

En règle général, dans la fantasy, on place l'ensemble du contexte et de l'univers dans lequel on va évoluer dès les 100 premières pages, plus ou moins en fonction de la grosseur de la série.

Or, ici l'auteur va donner les explications petit à petit, au fur et à mesure que les trois personnages vont se rendre compte de leurs facultés réciproques lorsque les problèmes vont être rencontrés.

Quand j'ai appris qui était leur poursuivant et les explications fournies par l'auteur (50 pages avant la fin environ !!), je me suis fait la réflexion qu'il aurait pu placer ça bien avant, de sorte que mon intérêt aurait été accru. Mais non !

S'ajoute à cela un langage pour moi trop familier que j'ai du mal à associer au genre fantasy.

Qu'il s'agisse de Robin Hobb, James Clemens ou George RR Martin, voire même Magali Segura ou encore Paul Carta..., je n'ai jamais eu droit à un langage aussi familier qui m'a fait hausser les sourcils et pousser des soupirs d'exaspération.

De plus, je n'ai pas compris pourquoi à un moment donné l'auteur met en avant des loups-garous ?!

Des loups-garous dans de la fantasy ??!! Pour moi, ces êtres sont fantastiques et entrent davantage dans des romans fantastiques et non pas fantasy.

Du coup, j'ai senti que Gabriel Katz voulait intégrer plus d'un seul genre dans cette trilogie et cela m'a gênée.

Je n'ai pas eu l'engouement attendu comme je le ressens à chaque fois que je lis ce genre et je suis sortie très déçue de cette lecture.

Beaucoup me disent que le tome 2 est bien meilleur et qu'il ne me faut pas m'arrêter à ce tome là qui est une mise en place et qui est assez lent et moins intéressant que les suivants mais franchement, je ne me sens pas de continuer la saga. En tout cas, pour l'instant.

mercredi 17 mai 2017

L'enfant aux cailloux

Auteur : Sophie Loubière
Editions : Fleuve Noir (2011)
Nbre de pages : 329


Présentation de l'éditeur :
Elsa Préau est une retraitée bien ordinaire. De ces vieilles dames trop seules et qui s'ennuient tellement - surtout le dimanche - qu'elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins. Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s'installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas. Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps - triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble l'appeler à l'aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre... Armée de son courage et de ses certitudes, Elsa n'a plus qu'une obsession : aider ce petit garçon qui n'apparaît ni dans le registre de l'école, ni dans le livret de famille des voisins. Mais que peut-elle contre les services sociaux et la police qui lui affirment que cet enfant n'existe pas ? Et qui est vraiment Elsa Préau ? Une dame âgée qui n'a plus toute sa tête ? Une grand-mère souffrant de solitude comme le croit son fils ? Ou une femme lucide qui saura croire à ce qu'elle voit ?


Mon avis :

J'étais très curieuse de découvrir ce roman plébiscité par Séverine de la chaîne/groupe Ilestbiencelivre que je suis avec beaucoup d'intérêt parce qu'elle nous permet de faire beaucoup de découvertes en thriller/polar/policier... L'enfant aux cailloux était pour elle un "slip" (dixit ses vidéos pour comprendre l'expression 😛). Du coup, je voulais voir ce qu'il en était et je suis allée emprunter ce bouquin à ma médiathèque.

Je ne l'ai pas lu tout de suite mais j'étais très intriguée par ce roman, d'autant que je n'avais pas relu le résumé. Je voulais entrer dedans sans rien savoir des personnages, de l'intrigue.

Après lecture, je dois bien avouer que le résumé est très trompeur sur le personnage d'Elsa qu'on nous présente comme "une retraitée bien ordinaire" parce qu'Elsa est loin, très loin même d'être "ordinaire" et cela on s'en rend compte dès les premiers chapitres.

Je ne développerai pas davantage parce que je ne veux pas vous gâcher la découverte si vous souhaiter lire ce livre.

Mais du coup, pour moi, je ne peux pas dire qu'il y ait eu de grosses révélations et je ne ferai pas un "slip" ou "coup de coeur" de ce roman que j'ai cependant beaucoup apprécié vu tout ce qui s'y passe.

On suit donc Elsa qui est une retraitée d'un peu plus de 70 ans. Elle a un fils unique et elle est divorcée depuis de nombreuses années. Elle a une santé un peu bancale mais elle est sous traitement... Un jour alors qu'elle revient chez elle après un séjour en maison de repos dans le Sud de la France, elle constate que des maisons ont été construites en face de chez elle. C'est là-bas qu'elle va découvrir un garçon, qui sera seul la plupart du temps, et qu'elle nommera l'enfant aux cailloux.

Elsa se fait toute une histoire de ce gamin vu tout ce qu'elle voit autour de lui... et le lecteur est entraîné dans un engrenage infernal...

Le roman est divisé en quatre parties qui font monter la tension crescendo au fur et à mesure que l'on progresse.

Bizarrement, je n'ai pas été chamboulée par cette histoire ni par les personnages, tout simplement parce que je me suis méfiée d'Elsa dès le début tenant ses facultés... et même le twist en fin de roman ne m'a pas surprise plus que ça parce que je savais qu'il n'y avait pas d'autres solutions que celle-ci ou l'autre...

Par contre, certaines choses m'ont rebutée dès le départ et notamment sa relation très étonnante avec celui qui deviendra son mari et avec qui elle aura un enfant... Mouais... (ceux et celles qui ont lu le roman comprendront !).

Si L'enfant aux cailloux a été une lecture sympathique, j'en attendais peut-être autre chose de plus percutant. Je ne dis pas que l'histoire d'Elsa est simple et pas particulière mais par rapport à son personnage je n'ai pas été vraiment surprise.

Du coup, d'une certaine manière, je sors un peu déçue de cette lecture mais je ne regrette pas d'avoir découvert la plume de Sophie Loubière qui a su m'accrocher à son livre jusqu'au bout. Et je remercie bien sûr Séverine d'avoir conseillé ce roman, même si ce n'est pas un "slip" pour moi 😛

mardi 16 mai 2017

Chroniques Lunaires : Cress (T3)

Auteur : Marissa Meyer
Editions : 12-21 (2014)
Nbre de pages : 473



Présentation de l'éditeur :
Cinder et le capitaine Thorne se sont enfuis aux côtés de Scarlet et de Loup. Le groupe rebelle projette de renverser la reine Levana et son armée. Mais, le seul espoir de la résistance réside dans Cress, qui, emprisonnée dans un satellite depuis l'enfance avec ses écrans pour seule compagnie, est devenue un hacker imbattable. Malheureusement, la reine Levana a d'autres projets pour elle, et libérer la jeune fille pourrait bien leur coûter cher...


Mon avis :

Voilà un troisième tome que j'ai largement préféré aux deux premiers. Allez savoir pourquoi... J'ai dû avoir un déclic avec cette saga ou alors l'action omniprésente m'a fait accrocher dès le début à ce tome là.

On retrouve les mêmes personnages que dans les précédents ouvrages et on rajoute Cress, âgée de 16 ans et retenue prisonnière dans un satellite. C'est une cyberpirate qu'utilise Levana pour épier ce qui se passe sur Terre...

Je n'ai pas forcément apprécié le personnage de Cress que j'ai trouvé très naïve et surtout superficielle (surtout dans les moments les plus importants) mais j'ai beaucoup aimé le lien qui va se former avec mon personnage chouchou, Carswell Thorne.

Pour Cress, Carswell est le héros de ses rêves. Celui qui ira la délivrer si jamais elle est dans une mauvaise passe. Celui qui n'ose pas lui révéler ses sentiments alors qu'elle sait qu'il est amoureux d'elle... Elle en rêve. Elle y croit...

Mais Carswell reste Carswell. On ne sait jamais vraiment ce qu'il pense des gens, même si son attachement à Cress est réel et évolue au fur et à mesure de ce tome.

Pour autant, on ne vit pas la même histoire d'amour que dans le deux premiers tomes où l'on sent l'attirance réciproque des personnages. Ici, c'est plus compliqué et la finalité est très incertaine.

En dehors de cette histoire là, on continue à batailler grave pour que Levana ne devienne pas l'épouse de Kaito. L'auteur commence à mettre en place ses pions pour la bataille finale qui aura lieu dans Winter.

Celle-ci, d'ailleurs, fait une petite apparition. Elle est très énigmatique, bizarre...

C'est un tome avec lequel je ne me suis pas ennuyée un seul instant et que je lisais avec davantage de plaisir et d'envie même si je n'ai toujours pas ce fameux coup de coeur que beaucoup ont eu.

Il y a toujours ces petits détails qui me font tiquer, hausser les sourcils ou soupirer d'exaspération mais dans l'ensemble Cress est un bien meilleur tome que les précédents, pour moi.

Je suis d'ailleurs curieuse de lire le dernier tome de la saga, Winter, ne souhaitant pas lire le tome intermédiaire sur Levana... Je me doute de comment cela va se terminer mais j'ai très envie de voir si j'ai raison ou s'il y aura des retournements de situation... J'espère juste que Marissa Meyer me surprendra et c'est là où "je l'attends au virage" 😃

lundi 15 mai 2017

C'est lundi... que lisez-vous ? (156)


Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière



J'ai poursuivi ma découverte de thrillers avec l'excellent Disparue de Darcey Bell dont je n'ai fait qu'une bouchée. Un roman scotchant qui m'a fait stresser avec une fin hallucinante.
Pour L'enfant aux cailloux, je reste sur une lecture intéressante mais pas forcément extraordinaire. En tout cas, j'attendais quelque chose de plus percutant. Je vous en parle très vite dans la journée avec mon avis à paraître.
Et j'ai fini la semaine avec le premier tome du Puits des mémoires auquel je n'ai pas du tout accroché. J'en attendais tellement que c'est un gros flop pour moi. Je l'ai trouvé très lent dans la mise en place et je n'ai pas accroché à l'univers ni au style de l'auteur (que j'ai trouvé trop familier par moments). Je ne suis pas du tout partante pour lire la suite...


Ce que je suis en train de lire

Jumeaux à la complicité fusionnelle, Noah et Jude ont tout pour être heureux sous le ciel bleu de Californie. Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l'effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd'hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un drame les a anéantis et chacun doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.

Commencé hier soir, j'ai lu 80 pages et pour l'instant j'accroche bien. J'ai hâte de continuer et voir ce qui a bien pu se passer pour que Jude et Noah soient en froid et comment ils vont arriver à se rapprocher.

Il faudrait aussi que je poursuive ma lecture VO que j'ai très peu lue la semaine dernière...


Ce que je lirai ensuite


 Je sens que j'ai besoin de légèreté et de contemporain sympa. Du coup, je mise sur ces trois romans qui devraient se lire vite.

Je vous souhaite une excellente semaine livresque ou pas 😃

jeudi 11 mai 2017

Point lecture vidéo #7

Une nouvelle vidéo est disponible sur ma chaîne dans laquelle je vous parle des romans suivants :

- les tomes 1 et 2 du manga Orange d'Ichigo Takano que je ne suis pas sûre de chroniquer sur le blog
- Les fausses bonnes questions de Lemony Snicket (T2)
- Chroniques Lunaires : Cress (T3) de Marissa Meyer
- Malgré elle de David-James Kennedy
- Disparue de Darcey Bell

Bon visionnage et n'hésitez pas à vous abonner si le coeur vous en dit. Un concours se prépare pour bientôt, vu que la chaîne a déjà atteint ses 100 abonnés 😃


Disparue

Auteur : Darcey Bell
Editions : Hugo Thriller (2017)
Nbre de pages : 350


Présentation de l'éditeur :
Tout oppose en apparence Stéphanie, une jeune veuve sans emploi qui partage son temps entre son fils Miles et la rédaction de son "blog de maman", et Emily, une femme d'affaires sophistiquée et mariée. 
Elles s'entendent pourtant à merveille et ont noué, dans leur petite ville du Connecticut, une amitié aussi forte que celle qui lie leurs deux fils de cinq ans. 
Et lorsque Emily lui demande de récupérer son fils Nicky à la sortie de l'école, Stéphanie accepte tout naturellement. Mais Emily ne revient pas, et les masques tombent, les uns après les autres. Car si ni l'amour, ni l'amitié ne durent toute la vie, la vengeance ne connaît pas de limites. Et la peur non plus.


Mon avis :

Je ne referai pas de résumé du début du roman puisque la présentation de l'éditeur en dit largement pour vous donner envie (en tout cas je l'espère) de lire ce thriller aussi efficace qu'addictif.

Lorsque je l'ai commencé, je n'en attendais rien de particulier sinon de me surprendre.

Je n'avais lu aucune chronique dessus ni écrite ni en vidéo et je n'avais pas, non plus, relu le résumé.

Autant dire que je me suis bardée à découvrir cette histoire page après page, chapitre après chapitre et que chacun d'eux m'a scotchée littéralement.

L'ouvrage est composé de trois parties dont la première sera racontée exclusivement par Stéphanie par le biais de chapitres alternés dans lesquels nous la suivrons nous racontant son histoire avec Emily et l'évolution de leur relation, puis des chapitres dans lesquels elle raconte les ressentis de cette histoire (ou presque) aux lectrices de son blog.

Pour les autres parties, je ne dirai pas quels seront les intervenants pour ne pas vous dévoiler trop de choses...

J'avoue que j'ai été bluffée par ce roman et les personnages qui errent dans ces pages.

Lorsque j'ai débuté ma lecture, j'avais un sentiment très mitigé sur le personnage de Stéphanie, ne sachant pas si je devais prendre pour argent comptant tout ce qu'elle me racontait.

C'est un personnages très particulier, voire même un peu ambigu et sa situation familiale mais surtout certaines relations qu'elle entretenait avec ceux qu'il vous faudra découvrir m'ont choquée. Du coup, comment pouvoir garder la tête froide avec elle ???

D'un autre côté, nous voyons Emily par les yeux de Stéphanie qui, pour elle, est la meilleure amie du monde qu'elle n'a jamais eue... Mais cette Emily vaut-elle une telle dévotion de la part de Stéphanie ? J'avoue que là encore, j'avais pas mal de réserves sur ce personnage mais j'étais tellement embarquée dans ma lecture que je me suis laissée emporter sans vraiment tenter d'anticiper sur ce qui pouvait se passer.

Pourtant, j'ai vu certaines choses avant l'heure, même si cela ne m'a pas dérangée outre mesure lorsque les révélations arrivent...

Le choc se produit surtout dans l'après et de voir comment les choses évoluent. Le lecteur prend alors un uppercut du diable parce que l'on ne s'y attend pas et que c'est tout bonnement im-pen-sa-ble !!!

La fin, elle aussi, m'a scotchée et j'avoue que je ne m'y attends pas non plus.

D'ailleurs, j'étais tellement sciée que je me suis dit que c'était tout simplement impossible que cela se finisse de cette façon, que l'auteur allait faire une suite parce que je n'imagine pas une histoire se terminant ainsi...

En bref, Disparue a été une excellente surprise à laquelle je ne m'attendais pas. J'ai été bluffée d'être prise dans les rêts de l'auteur au point de ne pas pouvoir lâcher ce bouquin tant que je n'avais pas le fin mot de l'histoire et lorsque la fin est survenue, là encore, je suis restée ébahie par  tant de perversité psychologique. Du coup, si vous croisez le chemin de ce roman, surtout, n'hésitez pas à vous y arrêter dessus pour le découvrir.

mercredi 10 mai 2017

Les fausses bonnes questions de Lemony Snicket (T2)

Auteur : Lemony Snicket
Editions : Nathan
Nbre de pages : 274



Présentation de l'éditeur :
Où l'on retrouve la ville fantomatique de Salencres-sur-Mer (toujours sans mer en vue) et le jeune Lemony Snicket, flanqué de son mentor S. Theodora Markson (l'humeur et les cheveux en pétard). Tous deux sont appelés à enquêter sur une disparition inquiétante : celle de Cleo Knight, seize ans, unique héritière de la firme Ink Inc. Theodora conclut à une fugue, mais son apprenti a des doutes.


Mon avis :

J'avais lu le premier tome de cette saga en 2013 et j'ai eu du mal à me décider à poursuivre cette série parce que je gardais un souvenir mitigé de ce tome 1 avec le côté décalé et étrange de l'univers créé ici par Lemony Snicket.

Cependant, ce tome 2 est mieux passé que le précédent.

On y retrouve tous les mêmes ingrédients que dans le tome 1 (jeux de mots, environnement bizarre tout comme les personnages que l'on découvre...) mais cela m'a moins gênée sûrement, parce que je m'y attendais.

J'ai donc suivi la nouvelle enquête de Lemony avec plus d'intérêt et je me suis régalée à voir comment les uns et les autres réagissaient devant la ténacité de Lemony pour savoir où était passée Cleo Knight.

On reste dans un roman assez jeunesse donc il n'y a pas de difficultés majeures mais je n'ai rien vu venir non plus sur le responsable et cela m'a bluffée.

En fait, en connaissant déjà l'environnement dans lequel j'allais progresser ici, je me suis davantage focaliser sur les réactions des personnages et tenter de trouver le coupable.

De plus, il y a toujours le vilain du tome précédent que l'on tente de débusquer mais qui s'échappe avant que l'on y parvienne. Le problème de la ville de Salencres-sur-Mer n'est toujours pas résolu, non plus, et cela m'a terriblement donné envie de continuer la série.

J'ai les tomes 3 et 4 déjà dans ma PAL et je compte bien les lire dans les semaines qui vont arriver.

En bref, si j'ai eu une lecture un peu compliquée avec le tome 1, ce tome 2 a été plus agréable et facile à lire. J'étais déjà dans l'ambiance puisque rien ne change par rapport à l'ouvrage précédent si ce n'est une nouvelle enquête mais que l'on progresse aussi par rapport à d'autres questions posées dans le tome 1.

Du coup, si vous n'avez pas forcément accroché au départ, cela ne signifie pas que vous n'y parviendrez pas avec la suite des ouvrages. De mon côté, je suis ravie d'avoir d'ores et déjà les tomes suivants dans ma PAL qui ne vont plus traîner dedans très longtemps 😃

mardi 9 mai 2017

Malgré elle

Auteur : David-James Kennedy
Editions : Fleuve Noir (2017)
Nbre de pages : 566

Présentation de l'éditeur :
Paris, 1989. Au très chic lycée Henri-IV, les réputations se font et se défont. La magnétique Emma n'a pas conscience du pouvoir d'attraction qu'elle exerce sur les garçons. Yann. Arno. Manu... La liste de ses prétendants est longue. Mais c'est en Tom, ado solaire fou de sensations fortes, qu'elle a trouvé un alter ego. Lui qui la connaît si bien. 

Un drame va survenir et assombrir le tableau de cette adolescence parfaite. 

Paris, 2015. Les chemins se sont séparés. Tom est resté ce casse-cou qui faisait tomber les filles, profitant de la revente de sa boîte pour se laisser le temps de vivre. Jusqu'à ce jour où Lukowski, ancien d'Henri-IV envers lequel Tom se sent redevable, laisse deux messages désespérés, l'implorant de le retrouver. 
Une fois sur place, il découvre la dépouille de son vieux camarade, flottant entre les rochers d'une lointaine côte suédoise. À l'intérieur de la maison voisine, un ordinateur portable et, sur l'écran, un défilé de photos accompagnées d'un mail menaçant. Emma ado, Emma adulte, Emma partout, sur chaque prise de vue. Qu'est devenue sa meilleure amie ? Qui était-elle réellement ? Pour qui et pour quoi devraient-ils tous payer après vingt-six ans ?


Mon avis :

Je m'étais lancée dans ce dernier roman de David-James Kennedy, auteur que je ne connaissais pas encore, en me disant que je le lirai en parallèle du tome 3 des Chroniques Lunaires pour mon marathon dystopie de la semaine dernière.

J'ai donc commencé Cress et Malgré elle, le même jour... mais c'était sans compter sur la qualité de ce bouquin et le kidnapping dont j'ai fait l'objet puisqu'il m'a été impossible de le lâcher.

Tout commence dans en 1989 où nous faisons la connaissance d'une bande de copains constituée de Marion, Yann, Emma, Tom, Fabrice, Karen, Olivier, Arno, Manu et Sébastien. Tous se connaissent pour être dans la même classe. Emma fait office de la fille qui hypnotise tous les garçons, même si elle ne ressent pas cette attraction qu'elle engendre auprès de la gente masculine. Sa meilleure amie, Marion, est un brin jalouse et fait tout pour lui ressembler... Tom, lui, connaît Emma depuis de longues années et joue un peu le rôle du grand frère/meilleur ami. Il est toujours là pour Emma. Comme Emma est toujours présente si Tom a un problème. Mais de cette attraction fraternelle, le lecteur le sait bien, il n'en est rien. Leur relation est beaucoup plus complexe et ils ne s'en rendent pas compte... Ils n'ont que 17 ans après tout...

Du coup, Tom est sous le charme d'une autre jeune fille et Emma va dans les bras d'autres garçons, même si elle n'est pas le genre "fille facile"...

Tout ce petit monde se côtoie tous les jours au lycée et vont même à une soirée organisée par Karen pour son anniversaire. A ce moment là, certains évènements se déroulent et la vie d'Emma ne sera plus jamais pareil...

Lorsqu'en 2015 on retrouve Tom, il reçoit un appel de Fabrice Lukowski lui disant qu'il a quelque chose à lui dire et qu'il faut absolument qu'ils se rencontrent. Mais cette rencontre ne se fera pas car Tom retrouve le corps de son ami dans un sale état, alors qu'il était en déplacement en Suède... En ayant fait quelques petites recherches sur place, Tom se rend compte qu'Emma est concernée puisque des photos d'elle adolescente mais aussi adulte se retrouvent sur l'ordinateur de Fabrice. Il la contacte aussitôt et l'engrenage se met en route...

Autant dire que dès le début je ne savais pas vraiment sur qui je pouvais compter. Quel personnage me disait la vérité...

Seul Tom a eu gain de cause à mes yeux. Depuis 1989, il apparaît comme quelqu'un de fiable mais aussi de combatif. D'ailleurs, Emma aura beaucoup de chance de l'avoir à ses côtés durant ces 560 pages.

Les 40 premières pages nous décrivent un peu les caractères de chacun des adolescents et nous permet de nous faire une petite idée de comment ils se perçoivent les uns, les autres. Mais l'auteur nous berne beaucoup dans ce roman...

Le lecteur est mis à mal de nombreuses fois parce qu'il ne sait pas vraiment s'il peut être en confiance dès qu'il s'agit d'Emma...

Lorsque l'on sait ce qu'il s'est passé en 1989, on reste sur nos gardes; les doutes nous assaillent à de nombreuses reprises et c'est ce qui donne l'envie au lecteur, toujours de plus en plus pris dans l'engrenage de l'histoire, de poursuivre ce roman sans vouloir, en aucune façon, l'arrêter.

On voyage beaucoup avec Tom et Emma puisque nous partons de France pour aller en Suède, au Danemark, en Ecosse, en Suisse et enfin à New York.

Les courses poursuites sont effrénées. Le lecteur reste en apnée tant l'action est présente mais surtout les difficultés que rencontrent Tom et Emma les mettent dans des situations impensables.

J'ai été totalement happée par cette lecture qui m'a fait retenir mon souffle de nombreuses fois et dont je suis sortie essoufflée et éprouvée. C'était comme si j'avais fait un marathon mais sur mon canapé.

C'est assez rare pour le souligner puisque cela m'arrive rarement.

Cela faisait très longtemps que je n'avais pas lu un roman aussi efficace, avec un duo auquel on s'attache, pour qui on tremble et que l'on n'a pas envie de quitter.

Alors certes, Tom règle un peu trop facilement certains problèmes mais j'ai passé outre ce petit détail tant le reste était prenant et addictif.

Je me suis régalée du début à la fin. Une fin, d'ailleurs, qui vaut son pesant d'or et qui fait énormément réfléchir sur notre propre avenir et l'avancée de la médecine... mais je n'en dirai pas plus pour vous laisser le soin de découvrir à votre tour ce véritable page-turner qu'est Malgré elle.

En bref, si je devais vous conseiller un roman aujourd'hui sur les thrillers que j'ai lus jusque là, je vous dirai de choisir ce titre là plutôt qu'un autre parce qu'il a tout, et je dis bien TOUT, pour vous scotcher à votre fauteuil, votre canapé ou votre lit du début à la fin. Vous allez vous attacher à Tom et Emma; vous allez vous poser un tas de questions sur tous ces copains qui les ont entourés en 1989 pour savoir qui est dans le coup; vous allez hésiter à penser qu'Emma n'est pas si innocente que cela; que Tom est dans un guet-apens... Bref, vous allez vous brûler les neurones et courir avec eux pendant des milliers de kilomètres à en perdre haleine. En bref, foncez parce que vous ne le regretterez pas ! 

lundi 8 mai 2017

C'est lundi... que lisez-vous (155)



Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière



 Après avoir fini Les Mandible en début de semaine qui a été une lecture pas si facile mais fort intéressante dans le fond, je me suis lancée dans deux lectures parallèles Cress et Malgré elle. Au final, j'ai mis de côté le tome 3 des Chroniques lunaires parce que j'étais tellement prise dans Malgré elle que c'était impossible de le lâcher. Ces deux lectures ont été excellentes et j'ai hâte de vous en parler sur le blog et ma chaîne. Quant au tome 2 d'Orange, si ma lecture s'est mieux passée parce que je me suis faite à la façon dont il faut lire un manga, je reste quand même sous la réserve sur l'histoire que je trouve trop... fleur bleue. Naho est pénible de ne pas savoir ce qu'elle veut et d'hésiter sans arrêt à avancer avec Kakeru et ça me saoule un peu... J'ai le tome 3 dans ma PAL médiathèque que je lirai cette semaine mais je ne suis pas sûre de lire la saga complète. Je ferai un petit topo sur les 3 premiers tomes quand j'aurai lu le tome 3...

Ce que je suis en train de lire

Cela commence par un simple petit service - du genre de ceux que se rendent volontiers deux mères de famille.
Tout oppose en apparence Stephanie, une jeune veuve sans emploi qui partage son temps entre son fils Miles et la rédaction de son "blog de maman", et Emily, une femme d'affaires sophistiquée et mariée.
Elles s'entendent pourtant à merveille et ont noué, dans leur petite ville du Connecticut, une amitié aussi forte que celle qui lie leurs deux fils de cinq ans.
Et lorsqu'Emily lui demande de récupérer son fils Nicky à la sortie de l'école, Stephanie accepte tout naturellement. Mais Emily ne revient pas, et les masques tombent, les uns après les autres. Car si ni l'amour, ni l'amitié ne durent toute la vie, la vengeance ne connaît pas de limites. Et la peur non plus.

Commencé hier soir, j'ai bien avancé et j'en suis au tiers du roman. La forme choisie par l'auteur est intéressante et j'accroche bien tant à l'écriture qu'à la narration. Il ne va pas faire long feu si j'arrive à m'y tenir aujourd'hui...


J'ai commencé ce matin le tome 3 de Firebird dont j'ai lu 3 chapitres pour l'instant et qui sera ma lecture VO du mois de mai. J'ai retrouvé Marguerite dans une très mauvaise posture et j'accroche toujours aussi bien. J'ai hâte de voir ce que va donner ce dernier tome. Pour l'instant, je retrouve les personnages là où je les avais laissés à la fin du tome 2 et l'auteur fait beaucoup de rappels sur ce qu'est un Firebird, ce qu'il entraine... Une piqûre de rappel qui fait du bien même si je me souviens très bien de ce qui s'est passé précédemment et des tenants et aboutissants jusque là dévoilés. A voir par la suite.

Ce que je lirai ensuite

Il y a beaucoup de titres dans ma PAL qui me font envie. Comme la semaine dernière, je ne prévois rien et ce sera au feeling que mes lectures sortiront. Si vous n'êtes pas abonné à ma page Facebook ou mon Instagram (belledenuit11), c'est le moment de le faire pour savoir ce qu'il en sera au fur et à mesure que la semaine avancera 😃

Je vous souhaite une excellente semaine livresque ou pas.

jeudi 4 mai 2017

Les Mandible : Une famille, 2029-2047

Auteur : Lionel Shriver
Editions : Belfond (2017)
Nbre de pages : 517


Présentation de l'éditeur :
Aux États-Unis, en 2029. 
Les États-Unis ont élu leur premier président latino, l'Espagnol est devenu la première langue du pays, l'Indonésie a annexé l'Australie et Poutine est toujours au pouvoir. 
Comme toutes les familles américaines, les Mandible subissent la crise économique. La situation est grave mais pas désespérées : certes, les légumes sont devenus hors de prix, l'eau est une denrée rare, même le papier toilette est soumis à la plus grande rigueur, mais les comptes du patriarche sont bien garnis, l'heure de l'héritage est proche. 
C'est alors que le Président Alvarado annonce la faillite des États-Unis : l'argent des particuliers est réquisitionné, les seniors sont expulsés de leur maison de retraite, les salaires ne sont plus versés. La maison de Florence Mandible devient le dernier refuge de toute la famille. Mais combien de personnes peuvent vivre en totale promiscuité dans une petite maison de Brooklyn ? Combien de temps avant que la solidarité entre ses habitants ne laisse place à la colère, à la haine ? Avant que la famille Mandible ne s'écroule, comme le reste du monde qui l'entoure ?


Mon avis :

Cela faisait un bon bout de temps que je n'avais pas lu un roman des éditions Belfond mais j'ai eu la surprise de recevoir Les Mandible la semaine dernière et la lecture de son résumé me donnait très envie. Du coup, je me suis laissée tenter par cet ouvrage que j'ai terminé hier matin après une quasi-semaine dessus...

Je le sais, les romans des éditions Belfond et plus particulièrement ceux de Lionel Shriver, me prennent un peu plus de temps que d'ordinaire. Si je mets entre 2 et 3 jours pour finir un livre, ici cela fût difficile de rester plus de 2-3 chapitres consécutifs dans ce roman.

L'ambiance est très sombre puisque les Etats-Unis sont déclarés en faillite par le Président en place Alvarado. Alors même que la famille Mandible a de gros moyens financiers grâce aux arrières-arrières grand-parents et aux générations qui ont suivi, l'année 2029 va marquer leur chute libre dans un monde qui leur était jusque là inconnu. En tout cas, pour certains d'entre eux...

On va donc découvrir chaque membre de cette famille et à leur tête Douglas, le patriarche de 98 ans qui a tout mis en oeuvre pour que la famille garde son héritage... Divorcé de Mimi (90 ans) et remarié à Luella (70 ans et qui perd complètement la boule depuis dix ans déjà), Douglas est une personnage très froid avec son fils, Carter (70 ans). Ce dernier n'a jamais vraiment compris pourquoi son père s'est remarié avec une femme qui pourrait être sa soeur... surtout qu'au final il a bien perdu au change vu comment la santé mentale de Luella a évolué avec les années... Quant à Carter, sa femme Jayne ne vaut pas mieux puisqu'elle est soit disant atteinte de dépression depuis la mort de sa soeur durant son adolescence. Elle ne se trouve bien qu'en se mettant à part dans une pièce pour être tranquille... Quant à Enola (appelée Nollie dans le roman), elle est la soeur de Carter et ne voit plus sa famille depuis pas mal d'années puisqu'elle s'est expatriée en Europe lorsque tout allait encore bien (jusqu'au moment où elle est obligée de revenir au bercail). Elle est ravie de son célibat et elle a un caractère bien trempé.

Viennent ensuite les enfants et petits-enfants de Carter et Jayne :
- Florence, mariée à Esteban et mère de Willing (âgé de 13 ans au début du roman). Elle travaille dans un centre d'hébergement alors qu'Esteban lui est guide.
- Avery est un genre de thérapeute qui a bien du mal à gagner sa vie aujourd'hui et elle est mariée à Lowell qui est un économiste en perte de vitesse. Ils ont trois enfants : Samantha (17 ans), Goog (15 ans) et Bing (12 ans). Une vraie petite famille que l'on apprend à détester... ou aimer selon les situations.
- Jarred, enfin, le frère dont personne ne parle vraiment parce qu'il a fait des choix qui ne conviennent pas forcément à la famille Mandible...

Tout ce petit monde va donc se retrouver à un moment important et indéniablement préoccupant puisque la valeur du dollar s'effondre et ne vaut plus rien. Le gouvernement a donc décidé de prendre les économies de tous les particuliers et surtout les biens en or, seul métal valant encore quelque chose sur le marché.

Le problème qui préoccupe les USA est général puisque les autres pays du monde ont eu aussi des difficultés monétaires et économiques qui ont poussé les dirigeants à créer une monnaie unique mondiale : le bancor.

Mais les Etats-Unis refusent cette monnaie et c'est là que le bât blesse puisque cela va entraîner les américains dans une lutte sans fin pour payer les factures, manger, vivre et surtout survivre.

Le roman est très dense dans sa construction. Raconté comme je l'ai fait, cela va vous paraître très agréable à lire et à découvrir et pourtant, même si j'ai aimé suivre les aléas de cette famille pendant près de 30 ans (le roman est coupé en deux parties, l'une se déroulant entre 2029 et 2032 et la seconde à partir de 2047), il y a eu des moments où je décrochais parce que Lionel Shriver me mettait des explications financières et économiques auxquelles je ne comprenais rien.

Pour autant, j'ai beaucoup aimé voir évoluer notamment Willing, le fils de Florence, qui bien qu'ayant juste 13 ans a une faculté impressionnante de comprendre ce qui se passe dans son pays. A côté de certains adultes qui se bornent à trouver des explications sensées remonter le moral des troupes, Willing est plus clairvoyant et donc plus à même d'anticiper ce qui risque d'arriver...

On est loin du roman basique simple dans lequel l'auteur nous dépeint un futur bien noir de ce qu'il va se produire aux Etats-Unis. Les Mandible parle aussi de ce qu'il s'est passé en Europe, notamment, avec la disparition de l'euro, une monnaie en franc (tiens, tiens, tiens...) mais aussi des tas d'autres choses que je ne compte pas vous dévoiler.

Si le roman m'a un peu perdue parfois, il n'en demeure pas moins qu'il est très foisonnant et que l'étude et les recherches de l'auteur pour dresser un tel ouvrage sont exceptionnelles. Je connaissais Lionel Shriver pour avoir lu Big Brother qui m'avait déjà mise à rude épreuve mais dont je garde un souvenir marquant et j'avoue qu'avec ce nouveau titre, elle va faire en sorte que je n'oublie pas non plus les Mandible.

On évolue dans une société qui perd tout et qui fait payer les consommateurs au prix fort !

Imaginez-vous un simple chou payé 20 dollars pièce !!!

Tout n'est que restriction pour essayer de vivre décemment !!! Les entreprises ferment les unes après les autres; il n'y a plus de boulot pour tout le monde... C'est l'horreur absolue et l'on se demande si l'avenir sera aussi sombre que ce que Lionel Shriver le dépeint ici.

C'est d'une noirceur à laquelle je ne m'attendais pas mais heureusement que Willing est là avec son sarcasme déchirant, tout comme sa grand-tante Nollie que j'ai adorée également.

A eux deux, ils permettent de détendre l'atmosphère et cela fait du bien, même si finalement leurs explications et réflexions ne sont pas à négliger.

En bref, Les Mandible est un roman qui vaut d'être lu même s'il est très exigeant dans sa compréhension sur certains passages. Néanmoins, il dépeint parfaitement un monde très sombre si jamais les monnaies venaient à dévaluer dangereusement au risque de voir le monde économique et financier perdre de la vitesse et créer un chaos sans précédent pour les petites populaces que nous sommes...


mercredi 3 mai 2017

Les demoiselles de Beaune

Auteur : Karine Lebert
Editions : Presses de la Cité (2017)
Collection : Terres de France
Nbre de pages : 396

Présentation de l'éditeur :
Toute petite déjà, Balbine de Joinville aimait se promener dans les venelles de Beaune. Là, elle pouvait observer l'édification des hospices – les plus beaux de toute la Bourgogne ! – et rêver d'y prodiguer, un jour, des soins aux malades.
Mais, en 1454, si la jeune fille choisit de s'enfermer en ces lieux, l'année de ses dix-huit ans, c'est pour enfouir son drame et sa honte. Elle y reste toutefois par passion pour les herbes médicinales. Une passion qui nourrit un talent de thérapeute apprécié du médecin Maric Lambert. Ce dernier, veuf inconsolable, ne cache pas son attirance pour cette soeur hospitalière au lourd secret...

Pendant un demi-siècle, le destin tumultueux de Balbine de Joinville s'entremêle à celui des hospices de Beaune à leur apogée, comme les fils de laine d'une tapisserie chatoyante, tableau fidèle de la vie quotidienne d'alors.


Mon avis :

On pourra dire ce que l'on voudra, les éditions Presses de la Cité ont des romans historiques de qualité dans leur collection Terres de France. En tout cas, dès que j'ouvre un de leurs ouvrages, je sors enchantée voire même parfois bouleversée quand je referme le roman.

J'avais eu une très belle découverte avec Olympe et un coup de coeur avec Le choix de Diane. Autant dire que Les demoiselles de Beaune me faisait très envie et que j'en attendais beaucoup.

Je ressors de ma lecture, encore une fois, enchantée d'avoir découvert un personnage si attachant en Balbine. Au début du roman, elle est âgée de 7 ans et voit la première pierre de l'hospice être posée par ses créateurs : Nicolas Rolin, chancelier du Duc de Bourgogne, et son épouse Guigone de Salin. On la suivra pendant près de 60 ans.

A travers les yeux de cette petite fille, on découvre un monde qui s'ouvre aux malades et aux pauvres et l'envie de Balbine de soigner ces personnes va croître avec le temps.

A travers ces presque 400 pages, nous allons apprendre à connaître Balbine qui ne faillira pas pour assouvir son envie de devenir une dame hospitalière. Mais il y a des concessions à faire et le chemin pour y parvenir ne sera pas si simple.

Elle fera des rencontres plaisantes et d'autres qui le seront beaucoup moins au risque de mettre en péril son avenir de dame hospitalière.

La vie de cette jeune fille va être faite de choix décisifs qu'elle prendra.

J'ai vécu des moments de grande joie, d'espoir et d'envie mais aussi de colère et de tristesse.

Même si mes émotions ont été moins fortes qu'avec Le choix de Diane, et que du coup il ne sera pas un coup de coeur, Les demoiselles de Beaune est tout de même très intéressant par l'évolution des moeurs de l'époque, même si la volonté de Balbine d'aller au-delà d'être une simple dame hospitalière ne peut malheureusement pas se concrétiser...

Ce personnage a de grandes facultés pour les plantes et les soins à apporter. C'est très touchant de la voir évoluer dans son apprentissage mais surtout cette volonté de parvenir à son but malgré les difficultés.

Ecrit avec une plume fluide et simple mais qui dépeint parfaitement l'ambiance de l'époque, Karine Lebert a magnifiquement retracé la vie de ces dames hospitalières qui ont donné leur vie à tous ceux qui avaient besoin de soins gratuits.

Ce roman est très beau à découvrir et je ne peux que vous le conseiller, surtout si vous êtes adeptes de romans régionaux historiques.

lundi 1 mai 2017

C'est lundi... que lisez-vous ? (154)



Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière

 

Eh oui ! Juste deux romans terminés et un manga dévoré pour la semaine dernière. Le constat est rude et dure à encaisser.
Le marié de la Saint-Jean a été compliqué à terminer parce que je n'arrivais pas à entrer dans le roman. Pourtant, l'histoire de Zhida est belle, touchante et tragique mais la forme narrative employée par l'auteur ne m'a pas convenu. C'est vraiment dommage parce que j'en attendais quand même beaucoup et notamment plus d'émotions que ce que j'ai pu ressentir...
Quant aux Demoiselles de Beaune, je me suis régalée à suivre Balbine durant près de 60 ans. Cette jeune fille de 13 ans au début du roman, décide de devenir une dame hospitalière mais cela ne va pas se faire sans heurts. Je vous en parle très vite.
Quant à Orange, c'est le premier manga que je lis et si j'ai bien aimé, je dois bien avouer que le manga ne sera pas ma forme préférée de lecture. J'ai eu du mal à lire à l'envers... Quant à l'histoire elle n'est pas mal mais bon ça tournait un peu en rond avec trop de "Et si..." J'ai les tomes 2 et 3 dans ma PAL médiathèque. Je verrai si j'adhère un peu plus... Je vous ferai un article sur cette saga quand elle sera fini, je pense.

Ce que je suis en train de lire

Aux États-Unis, en 2029.
Les États-Unis ont élu leur premier président latino, l'Espagnol est devenu la première langue du pays, l'Indonésie a annexé l'Australie et Poutine est toujours au pouvoir.
Comme toutes les familles américaines, les Mandible subissent la crise économique. La situation est grave mais pas désespérées : certes, les légumes sont devenus hors de prix, l'eau est une denrée rare, même le papier toilette est soumis à la plus grande rigueur, mais les comptes du patriarche sont bien garnis, l'heure de l'héritage est proche.
C'est alors que le Président Alvarado annonce la faillite des États-Unis : l'argent des particuliers est réquisitionné, les seniors sont expulsés de leur maison de retraite, les salaires ne sont plus versés. La maison de Florence Mandible devient le dernier refuge de toute la famille. Mais combien de personnes peuvent vivre en totale promiscuité dans une petite maison de Brooklyn ? Combien de temps avant que la solidarité entre ses habitants ne laisse place à la colère, à la haine ? Avant que la famille Mandible ne s'écroule, comme le reste du monde qui l'entoure ?

Commencé vendredi dernier, j'en suis à la moitié et si l'ouvrage n'est pas mal du tout, j'ai besoin de faire des coupures avec autre chose et notamment du jeunesse. C'est de cette façon que j'ai lu le tome 1 de Orange et que je lis le tome 2 des Fausses bonnes questions de Lemony Snicket. Ca fera baisser ma PAL jeunesse.

Ce que je lirai ensuite

Je ne fais pas de pronostic parce que beaucoup de genres m'attirent en ce moment. Je repartirai très certainement vers le thriller parce que ça me manque mais je veux aussi lire du contemporain et de l'historique et vu que je suis sur ma semaine de marathon dystopie j'aimerais lire le tome 3 des Chroniques Lunaires. Vous verrez donc tout ça la semaine prochaine si vous ne me suivez pas sur ma page FB ou Instagram 😉

Bonne semaine à tous qu'elle soit livresque ou pas 😊