samedi 27 mai 2017

A sa place

Auteur : Ann Morgan
Editions : Presses de la Cité (2017)
Nbre de pages : 408


Présentation de l'éditeur :
Au départ, ce n'était qu'un jeu.
Helen et Ellie sont identiques. En apparence, du moins. Car, si ces jumelles de six ans se ressemblent comme deux gouttes d'eau, elles savent bien qu'elles sont différentes. Helen est la chef, Ellie son ombre. Helen décide, Ellie obéit. Helen invente des jeux, Ellie y participe. Jusqu'au jour où Helen en propose un plus original : intervertir leurs rôles, juste pour une journée. La farce fonctionne si bien que leur propre mère n'y voit que du feu. Et les deux fillettes s'amusent comme jamais. Mais le soir venu, alors que chacune devait reprendre sa place, Ellie, pour la première fois, dit non. Elle veut rester Helen. Pour cette dernière, c'est le début de la descente aux enfers. 
Âpre et fascinant, ce thriller psychanalytique aux allures de mémoires explore les non-dits sur lesquels sont bâties bien des familles. Parce que, souvent, derrière les apparences se cachent des vérités inavouables.


Mon avis :

Ce qui m'intéressait dans cet ouvrage était la thématique de la gémellité. J'aime toujours autant les possibilités que cela laisse présager surtout dans un thriller psychologique.

Dans cet ouvrage, on va faire la connaissance de Helen et Ellie qui vont interchanger leur rôle pour une journée, à la demande d'Helen, la soeur dominante. Mais il y a une chose à laquelle Helen ne s'attendait pas c'était qu'Ellie, à la fin de la journée, refuse de reprendre sa place. La soeur dominée voulait rester dominante.

Comment ne pas être attirée par un tel synopsis ?

J'étais partie avec des idées bien précises sur ce livre et si le début a été très prenant, même si j'avais quand même du mal à intégrer certains surnoms, j'étais embarquée sur cette double narration se déroulant dans le passé puis le présent.

Les soeurs sont intéressantes à découvrir surtout à partir du moment où Ellie ne veut pas redevenir celle qui subit les choses...

Mais malheureusement, le roman ne m'a pas vraiment convaincue plus que ça.

En fait, c'est surtout le style narratif qui n'a pas fait son devoir, tout simplement parce que l'auteur a décidé d'utiliser trois sortes de narration : celle en "je", celle en "tu" et celle à la troisième personne du singulier.

Je n'arrive pas à comprendre pourquoi elle a utilisé autant de point de vue surtout qu'avec la narration en "tu" on a du mal à s'intégrer à l'histoire. Et là, je me rends compte qu'il peut y avoir deux possibilités : soit l'auteur parle directement à la pseudo-Ellie (donc Helen qui n'a pas pu reprendre son identité) soit c'est elle-même qui se parle comme si elle avait un dédoublement de personnalité. Cette façon de voir les choses vient juste de m'effleurer l'esprit et cela fait prendre au roman une toute autre tournure.

De toute façon, même en réfléchissant encore, je m'aperçois que ce roman avait un gros potentiel mais l'auteur a fini par me perdre petit à petit, surtout arrivée à la moitié du livre.

On attend quand même à ce que cela bouge davantage mais en fait non. Même s'il se passe toujours quelque chose et que l'on alterne passé et présent nous permettant de voir et surtout comprendre beaucoup de choses qui se passent ou se sont passées dans cette famille, mon sentiment général reste qu'il aurait dû être écrit différemment pour que le lecteur puisse réellement se mettre à la place d'Helen et encore plus ressentir ce mal-être de ne plus être elle, d'avoir perdu son identité, de ne pas arriver à se reconstruire en étant obligée d'être sa soeur...

J'aurais tellement aimé ressentir davantage d'émotions que je sors quand même déçue de cette lecture surtout que l'explication fournie à la fin ne m'a pas plus convaincue et que la mère des jumelles est vraiment à baffer !!!

En bref, "A sa place" a été une lecture qui m'a pris du temps parce que j'avais du mal à avancer par moment à cause d'un style narratif changeant sans arrêt mais l'alternance entre le passé et le présent permet de bien cerner cette famille ô combien bien particulière. Ce roman est exactement comme cette famille : particulier. Il ne plaira pas forcément à tout le monde mais il a quand même un potentiel qui malheureusement n'a pas été utilisé comme il le fallait pour me permettre d'entrer pleinement dedans et le trouver génial. C'est dommage !

mardi 23 mai 2017

The blackstone affair : Ne résiste pas (T1)

Auteur : Raine Miller
Editions : Presses de la Cité
Nbre de pages : 557


Présentation de l'éditeur :
Ex-soldat des forces spéciales britanniques reconverti en agent de sécurité VIP, Ethan Blackstone reçoit d'un ancien partenaire de poker une demande inédite : protéger sa fille, qu'il pense en danger. Ethan refuse tout d'abord la mission. Mais quand il reçoit une photo de Brynne Bennett, il change immédiatement d'avis, subjugué par sa beauté. 
La jeune femme a quitté les États-Unis pour poursuivre ses études d'art à Londres. Si sa vie est en apparence idyllique, Brynne cache pourtant une part d'ombre. 
Quand Ethan et Brynne se rencontrent, l'attraction est immédiate, magnétique... Irrésistible. Jusqu'au jour où elle découvre qu'Ethan lui a menti depuis le début.


Mon avis :

La semaine dernière, j'avais besoin de lectures détente et j'ai jeté mon dévolu sur ce premier tome de la saga The Blackstone Affair et je n'ai pas été déçue de mon choix.

Le résumé présente le tout début du roman. Je ne referai donc pas de blabla à ce sujet.

Ce que je peux vous dire c'est que ce roman érotique m'a beaucoup accrochée, et ce dès le début.

Les personnages, même s'ils sont classiques dans leur physique (elle, belle à tomber, bien foutue... et lui ayant un corps de Dieu...), ont aussi un passé qui les a marqués très profondément.

C'est ce côté là qui m'a beaucoup plu et touchée parce qu'en dehors de leur histoire qui amène un peu trop de scènes de sexe à mon goût (nous y avons droit à chaque chapitre...), on ressent que l'un et l'autre sont perturbés par ce qu'ils ont vécu auparavant.

Il leur faudra du temps avant de se dévoiler à l'autre et encore qu'Ethan reste plus mystérieux sur son passé de soldat et ce qu'il a pu vivre lors d'une mission en Afghanistan, mais on sent que petit à petit la confiance se met en place, l'envie de vivre pleinement leur histoire se fait ressentir aussi et c'est beau et touchant à la fois.

J'ai peut-être un peu moins accroché à l'histoire du passé de Brynne parce que déjà vue dans d'autres romans mais cela étant, il va y avoir une répercussion dans son présent par rapport à un évènement qui est en train de se dérouler...

La fin est prenante et on se demande ce qu'il va en être pour ces deux êtres tant marqués par la vie et la lectrice que je suis a bien envie de connaître la suite.

L'écriture est fluide et accrocheuse même si l'auteur n'hésite pas à être un peu trop crue par moment. J'ai surtout eu du mal à accepter le terme de "baise" lorsque l'on vit une relation comme Ethan et Brynne la vive. Pour moi, il y a une grande différence entre "baiser" et "faire l'amour" à quelqu'un. C'est ce qui m'a choquée surtout dans la deuxième partie du roman où l'on sent que les sentiments sont bien là.

Mais je chipote parce que l'ensemble m'a bien plu et que je reste ouverte à la lecture du tome 2, "Ne juge pas", à paraître en juin.

lundi 22 mai 2017

Ma vie (pas si) parfaite

Auteur : Sophie Kinsella
Editions : Belfond (2017)
Collection : Mille comédies
Nbre de pages : 465


Présentation de l'éditeur :
À Londres et dans le Somerset, de nos jours.
Sorties culturelles, soirées animées, restos branchés, job de rêve dans une grande agence de pub, d'après ses comptes Facebook et Instagram, Katie, 26 ans, vit la vie géniale des it-girls de Londres.
En réalité, elle loue une fortune une chambre minuscule dans une coloc à presque deux heures du centre, vit sur un budget tellement serré qu'elle doit parfois choisir entre un repas et un " mokaccino " hors de prix et travaille pour une boss cauchemardesque. Et quand cette dernière décide de la virer sous un prétexte pour le moins léger, Katie n'a d'autre choix que de rentrer chez son père dans le Somerset.
Mais pas question de se laisser abattre. Londres ne veut pas d'elle ? Katie va trouver un moyen de faire venir Londres à elle et de faire de la ferme familiale l'endroit le plus hype de tout le Royaume-Uni. Tellement hype qu'il pourrait bien attirer les hipsters de la capitale et avec eux, de vieilles connaissances...


Mon avis :

Lire du Sophie Kinsella c'est, à coup sûr, prendre une vraie bouffée d'oxygène qui fait du bien au moral.

J'avais besoin de ça et je n'ai pas traîné à lire le dernier titre de l'auteur parce que je sortais de trois lectures qui ne m'avaient pas vraiment emportée et j'avais vraiment besoin d'une valeur sûre. Kinsella était là pour mon plus grand plaisir et mon plus grand bonheur.

Je ne referai pas de résumé de l'ouvrage parce que, comme à leur habitude, les Editions Belfond font ça très bien et qu'il n'est pas besoin d'en dire davantage.

J'ai adoré suivre Katie dans ses déboires avec sa boss mais surtout de voir comment elle allait sortir de sa situation de chômeuse qui ne veut pas en parler à son père...

Comme à chaque fois, Sophie Kinsella met en avant des thèmes sérieux dans un contexte de chick-lit qui font que le lecteur se laisse emporter par un personnage ultra-sensible et rigolo qui se met dans des situations bien compliquées qui font sourire voire même rire...

On aura aussi droit à notre petite romance qui fait du bien et que j'ai beaucoup aimé suivre même si j'étais quand même sur mes réserves quant à cet homme...

Katie est une jeune femme aussi naïve que combattante lorsqu'elle a une idée en tête.

J'ai beaucoup aimé la première partie qui nous place dans la vie que mène Katie à Londres jusqu'à son licenciement mais c'est surtout la seconde partie qui vaut son pesant d'or...

Les chapitres sont plutôt longs mais il s'y passe tellement de choses et la plume de l'auteur est tellement entraînante que l'on ne voit pas les pages défiler. Le rythme est bien soutenu et il y a toujours matière à en vouloir encore plus au point que l'on a bien du mal à le lâcher.

Une chose est sûre, si vous vous décider à lire ce dernier titre de Sophie Kinsella, vous ne verrez plus du même oeil la vie à la ferme...

Sophie Kinsella sait parfaitement y faire avec ses lectrices pour les emporter dans des histoires toutes simples mais ô combien plaisantes et déstressantes, même si les thèmes que l'on retrouve ici tels que le licenciement abusif, le chômage, le stress au travail... sont magnifiquement abordés.

En bref, Ma vie (pas si) parfaite est un roman à déguster sans modération. S'il nous fait passer un très bon moment avec Katie, il nous fait aussi réaliser que notre vie de "salarié de bas-étage" n'est pas si imparfait que ça malgré les problèmes que l'on peut rencontrer au quotidien mais surtout qu'il ne faut jamais se démotiver et aller de l'avant quoi qu'on puisse nous dire...

C'est lundi... que lisez-vous ? (157)



Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Une semaine plutôt sympa avec trois romans dont deux m'ont vraiment bien plu.
Le soleil est pour toi est un roman jeunesse aux thèmes très sérieux. J'en attendais quelque chose de différent et j'ai trouvé que par moment, c'était un peu lent et long. Je ne regrette pas ma découverte mais il ne m'a pas apporté ce que j'en attendais véritablement.
Ma vie (pas si) parfaite de Sophie Kinsella a été une bouffée d'oxygène qui m'a fait un bien fou. Après trois lectures pas exceptionnelles et un roman jeunesse m'ayant mise un peu la pression, j'avais vraiment besoin de me détendre et le Sophie Kinsella l'a fait à la perfection. Je vous le recommande fortement. Mon avis est prêt et arriver dans la matinée.
Quant au premier tome de la saga "The Blackstone affair : "Ne résiste pas", ce fut une lecture très chaude, voire même peut-être un peu trop. Les personnages de Brynne et Ethan sont supers sympas à suivre et j'ai beaucoup aimé connaître leurs secrets. Mais j'ai aussi trouvé qu'il y avait trop de scènes de sexe que l'on retrouve dans chaque chapitre. Ca devient trop répétitif et un peu lassant. Mais l'ensemble se lit très bien et je lirai très certainement la suite.


Ce que je suis en train de lire

Au départ, ce n'était qu'un jeu.
Helen et Ellie sont identiques. En apparence, du moins. Car, si ces jumelles de six ans se ressemblent comme deux gouttes d'eau, elles savent bien qu'elles sont différentes. Helen est la chef, Ellie son ombre. Helen décide, Ellie obéit. Helen invente des jeux, Ellie y participe. Jusqu'au jour où Helen en propose un plus original : intervertir leurs rôles, juste pour une journée. La farce fonctionne si bien que leur propre mère n'y voit que du feu. Et les deux fillettes s'amusent comme jamais. Mais le soir venu, alors que chacune devait reprendre sa place, Ellie, pour la première fois, dit non. Elle veut rester Helen. Pour cette dernière, c'est le début de la descente aux enfers. 
Âpre et fascinant, ce thriller psychanalytique aux allures de mémoires explore les non-dits sur lesquels sont bâties bien des familles. Parce que, souvent, derrière les apparences se cachent des vérités inavouables.

Je repars dans les thrillers avec ce titre qui me tente depuis sa réception. Je le lis en lecture commune avec Amandine de la chaîne Amandinelovereading. J'ai hâte de voir ce qu'il donne pour vous en reparler très vite.

Je poursuis aussi ma lecture VO "A million worlds with you". Je le lis très lentement mais avec délectation. Après tout, c'est le dernier tome de la série "Firebird" 😊


Ce que je lirai ensuite



Une petite romance historique entre deux policiers-thrillers, je pense que ma semaine sera très bonne.
Je vous dis ça la semaine prochaine.
En attendant, bouquinez bien et profitez de ce long week-end de l'Ascension si vous faites le pont 😊

dimanche 21 mai 2017

Le soleil est pour toi

Auteur : Jandy Nelson
Editions : Gallimard (2017)
Collection : Pôle Fiction
Nbre de pages : 486


Présentation de l'éditeur :

Jumeaux à la complicité fusionnelle, Noah et Jude ont tout pour être heureux sous le ciel bleu de Californie. Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l'effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais aujourd'hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un drame les a anéantis et chacun doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.


Mon avis :

Ce roman est composé de deux périodes dans laquelle on va suivre et découvrir petit à petit comment la relation entre Noah et Jude, des jumeaux, a pu basculer du jour au lendemain.

Les chapitres se feront en alternance entre une narration racontée par Noah lorsqu'ils avaient 13-14 ans et celle racontée par Jude à 16 ans.

Les chapitres sont très longs et je n'ai pas forcément trouvé beaucoup de rythme à cette histoire.

J'étais curieuse de savoir ce qui était arrivé à ces jumeaux pour qu'ils en viennent à ne plus de comprendre, ne plus se parler. La thématique de la gémellité m'a toujours intéressée et j'attendais peut-être un peu trop de ce roman.

Globalement, il est quand même intéressant à découvrir et les personnages de Noah et Jude sont attachants à leur façon.

Un évènement grave s'est déroulé lorsqu'ils avaient 13 ans mais la séparation ou plutôt le manque de compréhension de l'un envers l'autre a commencé bien avant ce fait qui va tout faire basculer davantage.

L'auteur va amener beaucoup de thèmes dans son roman et notamment comment trouver sa propre personnalité lorsque l'on est aussi proche qu'avec un jumeau, l'amitié, les premiers amours, l'homosexualité, le divorce et ses conséquences.

Tout ne sera pas jeté comme ça vite fait bien fait. L'auteur prend son temps pour tout nous dévoiler et si j'ai pu comprendre pourquoi elle avait agi de la sorte, mettant ainsi une certaine tension dans son roman qui pousse inéluctablement le lecteur à en vouloir encore plus, j'étais aussi un peu déçue que ce soit aussi long.

Certains passages, je dois vous l'avouer, m'ont paru lent au point que je me demandais quand cela allait bouger.

J'aurais aimé que Noah prenne davantage sur lui; qu'il arrive à parler à sa soeur de ses bouleversements intérieurs qui le minent terriblement.

C'est un gamin très sensible qui s'exprime par le dessin. J'ai parfaitement imaginé les dessins qu'il pouvait réaliser et cela aurait été sympa d'avoir des illustrations qui auraient pu porter énormément à cette histoire.

Le personnage de Jude est un peu plus combattif même si elle a beaucoup de mal à aller vers son frère pour tout un tas de raisons.

L'un comme l'autre, ils n'arrivent pas à avouer les secrets qui ont changé la donne de leur relation à un moment important de leur vie.

Les non-dits se cumulent, le malaise aussi et c'est avec l'art que l'un et l'autre vont réussir à s'exprimer.

C'est un très joli roman qui pourtant ne m'a pas emportée comme je l'aurais pensé au départ. Il montre à quel point il faut être à l'écoute les uns des autres que l'on soit frère-soeur ou enfants-parents. Jandy Nelson a su parfaitement lancer son message à travers Le soleil est pour toi, même s'il m'a manqué un peu plus de pep's pour que j'adhère totalement.

jeudi 18 mai 2017

Le puits des mémoires : la traque (T1)

Auteur : Gabriel Katz
Editions : Scrinéo (2016)
Nbre de pages : 268



Présentation de l'éditeur :
Trois hommes se réveillent dans les débris d'un chariot pénitentiaire accidenté en pleine montagne. Aucun d'eux n'a le moindre souvenir de son nom, de son passé, de la raison pour laquelle il se trouve là, en haillons, dans un pays inconnu. Sur leurs traces, une horde de guerriers, venus de l'autre bout du monde, mettra le royaume à feu et à sang pour les retrouver. Fugitifs, mis à prix, impitoyablement traqués pour une raison mystérieuse, ils vont devoir survivre dans un monde où règnent la violence, les complots et la magie noire.



Mon avis :

Ce roman traînait dans ma liseuse depuis pas mal de temps et c'est grâce au mois de la fantasy organisé par Stéphanie de la chaîne Pikiti Bouquine que je me suis lancée dedans...

Je ne ferai pas de résumé complémentaire vu que celui de l'éditeur suffit amplement pour savoir le début de l'intrigue.

Ce que je peux vous dire c'est que j'avais tellement entendu de bien de cette trilogie avec des coups de coeur à foison que je m'attendais à quelque chose d'exceptionnel avec une lecture hyper prenante.

J'ai trouvé le début très lent mais je me disais que c'était une mise en place et qu'il fallait laisser le temps à l'auteur de nous expliquer les choses.

Mais cette lenteur a quand même perduré sur plus de la moitié du bouquin au point que, petit à petit, mon intérêt s'émoussait et que j'avais de moins en moins envie de le lire.

J'étais quand même curieuse de savoir ce qui allait arriver à Olen, Nils et Karib mais certains détails sur leurs adversaires tardent quand même à venir et c'est là que j'ai eu du mal à accrocher.

En règle général, dans la fantasy, on place l'ensemble du contexte et de l'univers dans lequel on va évoluer dès les 100 premières pages, plus ou moins en fonction de la grosseur de la série.

Or, ici l'auteur va donner les explications petit à petit, au fur et à mesure que les trois personnages vont se rendre compte de leurs facultés réciproques lorsque les problèmes vont être rencontrés.

Quand j'ai appris qui était leur poursuivant et les explications fournies par l'auteur (50 pages avant la fin environ !!), je me suis fait la réflexion qu'il aurait pu placer ça bien avant, de sorte que mon intérêt aurait été accru. Mais non !

S'ajoute à cela un langage pour moi trop familier que j'ai du mal à associer au genre fantasy.

Qu'il s'agisse de Robin Hobb, James Clemens ou George RR Martin, voire même Magali Segura ou encore Paul Carta..., je n'ai jamais eu droit à un langage aussi familier qui m'a fait hausser les sourcils et pousser des soupirs d'exaspération.

De plus, je n'ai pas compris pourquoi à un moment donné l'auteur met en avant des loups-garous ?!

Des loups-garous dans de la fantasy ??!! Pour moi, ces êtres sont fantastiques et entrent davantage dans des romans fantastiques et non pas fantasy.

Du coup, j'ai senti que Gabriel Katz voulait intégrer plus d'un seul genre dans cette trilogie et cela m'a gênée.

Je n'ai pas eu l'engouement attendu comme je le ressens à chaque fois que je lis ce genre et je suis sortie très déçue de cette lecture.

Beaucoup me disent que le tome 2 est bien meilleur et qu'il ne me faut pas m'arrêter à ce tome là qui est une mise en place et qui est assez lent et moins intéressant que les suivants mais franchement, je ne me sens pas de continuer la saga. En tout cas, pour l'instant.

mercredi 17 mai 2017

L'enfant aux cailloux

Auteur : Sophie Loubière
Editions : Fleuve Noir (2011)
Nbre de pages : 329


Présentation de l'éditeur :
Elsa Préau est une retraitée bien ordinaire. De ces vieilles dames trop seules et qui s'ennuient tellement - surtout le dimanche - qu'elles finissent par observer ce qui se passe chez leurs voisins. Elsa, justement, connaît tout des habitudes de la famille qui vient de s'installer à côté de chez elle. Et très vite, elle est persuadée que quelque chose ne va pas. Les deux enfants ont beau être en parfaite santé, un autre petit garçon apparaît de temps en temps - triste, maigre, visiblement maltraité. Un enfant qui semble l'appeler à l'aide. Un enfant qui lui en rappelle un autre... Armée de son courage et de ses certitudes, Elsa n'a plus qu'une obsession : aider ce petit garçon qui n'apparaît ni dans le registre de l'école, ni dans le livret de famille des voisins. Mais que peut-elle contre les services sociaux et la police qui lui affirment que cet enfant n'existe pas ? Et qui est vraiment Elsa Préau ? Une dame âgée qui n'a plus toute sa tête ? Une grand-mère souffrant de solitude comme le croit son fils ? Ou une femme lucide qui saura croire à ce qu'elle voit ?


Mon avis :

J'étais très curieuse de découvrir ce roman plébiscité par Séverine de la chaîne/groupe Ilestbiencelivre que je suis avec beaucoup d'intérêt parce qu'elle nous permet de faire beaucoup de découvertes en thriller/polar/policier... L'enfant aux cailloux était pour elle un "slip" (dixit ses vidéos pour comprendre l'expression 😛). Du coup, je voulais voir ce qu'il en était et je suis allée emprunter ce bouquin à ma médiathèque.

Je ne l'ai pas lu tout de suite mais j'étais très intriguée par ce roman, d'autant que je n'avais pas relu le résumé. Je voulais entrer dedans sans rien savoir des personnages, de l'intrigue.

Après lecture, je dois bien avouer que le résumé est très trompeur sur le personnage d'Elsa qu'on nous présente comme "une retraitée bien ordinaire" parce qu'Elsa est loin, très loin même d'être "ordinaire" et cela on s'en rend compte dès les premiers chapitres.

Je ne développerai pas davantage parce que je ne veux pas vous gâcher la découverte si vous souhaiter lire ce livre.

Mais du coup, pour moi, je ne peux pas dire qu'il y ait eu de grosses révélations et je ne ferai pas un "slip" ou "coup de coeur" de ce roman que j'ai cependant beaucoup apprécié vu tout ce qui s'y passe.

On suit donc Elsa qui est une retraitée d'un peu plus de 70 ans. Elle a un fils unique et elle est divorcée depuis de nombreuses années. Elle a une santé un peu bancale mais elle est sous traitement... Un jour alors qu'elle revient chez elle après un séjour en maison de repos dans le Sud de la France, elle constate que des maisons ont été construites en face de chez elle. C'est là-bas qu'elle va découvrir un garçon, qui sera seul la plupart du temps, et qu'elle nommera l'enfant aux cailloux.

Elsa se fait toute une histoire de ce gamin vu tout ce qu'elle voit autour de lui... et le lecteur est entraîné dans un engrenage infernal...

Le roman est divisé en quatre parties qui font monter la tension crescendo au fur et à mesure que l'on progresse.

Bizarrement, je n'ai pas été chamboulée par cette histoire ni par les personnages, tout simplement parce que je me suis méfiée d'Elsa dès le début tenant ses facultés... et même le twist en fin de roman ne m'a pas surprise plus que ça parce que je savais qu'il n'y avait pas d'autres solutions que celle-ci ou l'autre...

Par contre, certaines choses m'ont rebutée dès le départ et notamment sa relation très étonnante avec celui qui deviendra son mari et avec qui elle aura un enfant... Mouais... (ceux et celles qui ont lu le roman comprendront !).

Si L'enfant aux cailloux a été une lecture sympathique, j'en attendais peut-être autre chose de plus percutant. Je ne dis pas que l'histoire d'Elsa est simple et pas particulière mais par rapport à son personnage je n'ai pas été vraiment surprise.

Du coup, d'une certaine manière, je sors un peu déçue de cette lecture mais je ne regrette pas d'avoir découvert la plume de Sophie Loubière qui a su m'accrocher à son livre jusqu'au bout. Et je remercie bien sûr Séverine d'avoir conseillé ce roman, même si ce n'est pas un "slip" pour moi 😛