mercredi 7 décembre 2016

Furie divine

Auteur : J.R. Dos Santos
Editions : HC Editions (2016)
Nbre de pages : 536


Présentation de l'éditeur :
Mayak, complexe nucléaire en Russie. 
Au coeur de la nuit, un commando tchétchène fait irruption dans l'un des entrepôts du site et s'enfuit avec deux cargaisons d'Uranium hautement enrichi. Le nouveau cauchemar de l'Humanité commence. Tomás Noronha est en vacances aux Açores lorsque Frank Bellamy, directeur des Sciences et de la Technologie de la CIA, prend contact avec lui. Le jeune et talentueux cryptologue portugais doit les aider à déchiffrer un message d'Al Qaïda qu'ils ont intercepté et qui pourrait être une menace planétaire. 
Quarante ans plus tôt, en Égypte, Ahmed est un jeune garçon pieux et particulièrement brillant. Il a 7 ans lorsqu'il est présenté au cheik Saad qui lui enseignera le Coran et les fondements d'un Islam modéré et pacifique. Ahmed grandit, il étudie dans l'une des plus grandes universités islamiques du Caire et se lie d'amitié avec un professeur charismatique qui lui présente un autre Islam, celui du Djihad et de la guerre contre les infidèles. Le petit garçon est devenu un jeune homme. Son âme reste partagée entre les discours de ses deux maîtres spirituels, jusqu'au jour où il décide de prendre le chemin de la radicalisation. Un chemin qui va le conduire bien loin...


Mon avis :

Cela faisait un petit moment que je voulais me lancer dans un ouvrage sur le terrorisme. Vu tout ce qui se passe actuellement, j'ai besoin d'avoir certaines réponses ou en tout cas de mieux comprendre ce qui se déroule dans notre Société.

Furie divine a été une lecture très intéressante puisque, même s'il s'agit d'une fiction, elle comporte des éléments avérés avec des explications sur le Coran et l'interprétation qu'en font les fondamentalistes religieux.

On va suivre en alternance deux personnages : Tomas, un portugais qui est un universitaire cryptanalyste des langues anciennes et Ahmed, un jeune garçon égyptien de 7 ans, au départ du roman, très pieux et prêt à tout pour que ses parents soient fiers de lui.

Si Tomas va devenir malgré lui un élément de la NEST, une organisation créée par les Etats-Unis à la suite des attentats du 11 Novembre, pour essayer de prévoir les futurs attentats et les déjouer, Ahmed, lui, va se radicaliser petit à petit.

On va voir ces deux personnages évoluer dans leurs recherches et questionnements.

Si j'ai bien aimé suivre Tomas, j'avoue que c'est surtout Ahmed qui m'interpellait puisque on suit ce gamin à l'école et à sa mosquée. On apprend aussi les différentes religions mulsumanes qu'il peut y avoir.

L'ouvrage est vraiment très bien construit mais surtout très documenté sur le Coran. D'ailleurs, l'auteur n'a pas hésité à citer de nombreux versets et sourates afin que le lecteur occidental puisse comprendre l'interprétation qu'en font les islamistes radicaux.

Sans dire que j'adhère à leurs pensées, j'ai pu mieux comprendre pourquoi ils agissaient ainsi. Comment une simple interprétation peut engendrer de tels hommes, prêts à se suicider pour atteindre le paradis en devenant chahid, c'est-à- dire un martyr.

Il ne sera pas facile de parler d'un tel roman compte tenu de tout ce qui se passe à l'heure actuelle sans que l'on s'entende nous dire "ah tu les comprends donc tu adhères !"

Bien sûr que non mais il ne faut pas oublier que Mahomet était un militaire et comme l'explique l'auteur dans son roman, il prônait la guerre avant la paix.

Je n'en dirai pas plus si vous êtes intéressé par ce roman. C'est un livre que j'ai mis une petite semaine à lire et il m'a fallu quand même un peu de temps pour "apprivoiser" le début des passages avec Ahmed et la quantité de sourates citées.

Quoi qu'il en soit, Furie divine entre totalement dans le contexte actuel alors même que l'auteur l'a écrit il y a déjà 9 ans. C'est la première parution en France et je suis ravie de l'avoir lu. Cela m'a permis d'ouvrir mon esprit à la religion mulsumane mais surtout à ce qui est écrit dans le Coran. 

Bien sûr, on reste dans un contexte fictif et la fin le démontre bien. D'ailleurs, une scène m'a fait lever les sourcils tant ça coulait trop "américain"... Mais le fait est que l'ensemble est bien construit, démontre que les fondamentalistes sont prêts à tout pour parvenir à leur fin et notamment s'accaparer la bombe nucléaire pour mettre à genou les pays occidentaux.

C'est un ouvrage que j'ai pris le temps de lire, qu'il me fallait découvrir au bon moment et j'ai mis en plein dans le mille en faisant ma lecture maintenant.

En bref, Furie divine est un ouvrage qui se lit très bien, avec une écriture simple et abordable pour les néophytes en matière de religion mulsumane. J'ai très bien accroché et les chapitres sont assez courts pour donner une dynamique au récit ce qui permet de bien avancer dans ce beau pavé. Si vous souhaitez vous y lancer dedans, je ne peux que vous y inciter, même si certains passages sont incompréhensibles du point de vue moral pour les occidentaux que nous sommes.


mardi 6 décembre 2016

Si loin des siens

Auteur : Tamara McKinley
Editions : L'Archipel (2016)
Nbre de pages : 364



Présentation de l'éditeur :
Septembre 1940. Polly Brown a accepté un poste d’infirmière à l’hôpital Cliffehaven, sur la côte Sud de l’Angleterre, afin de se rapprocher de Jack, son mari, grièvement blessé au front. Elle a dû se séparer d’Alice, sa fillette de 5 ans, envoyée au Canada pour fuir l’Europe en guerre.
À Cliffehaven, Polly emménage à la Pension du Bord de Mer, tenue par les époux Reilly. Là, elle y fait la connaissance de Danuta, une jeune Polonaise qui a perdu toute sa famille au début de la guerre.
Les deux femmes se serrent les coudes. En effet, bien que Polly soit une soignante qualifiée, l’infirmière en chef de l’hôpital refuse de lui accorder sa confiance et la traite comme une bonne à tout faire.
Au moment où Polly commence à se résoudre que Jack ne survivra peut-être pas à ses blessures, un télégramme parvient à la Pension. Un U-boat allemand a torpillé le bateau dans lequel se trouvait Alice…


Mon avis :

Ce titre est le deuxième tome consacré à la pension du Bord de mer tenue par Peggy Reilly. J'avais passé un agréable moment de lecture avec Et le ciel sera bleu dont j'attendais la suite avec impatience... D'ailleurs, si ce premier tome vous intéresse, je vous précise qu'il est disponible en format poche aux Editions Archipoche.

Par contre, ce second opus m'a malmenée dès le début et j'avoue que j'en sors très déçue pour diverses raisons.

D'abord, j'ai trouvé la mise en place assez longue avant que l'on entre vraiment dans le vif du sujet. C'est assez frustrant et je me suis dit que c'était mon impatience qui était à l'origine de ce début de désintérêt pour ce roman.

Mais une fois que les personnages sont placés et qu'on les suit dans leur quotidien, j'ai été exaspérée par des coquilles énormes et une traduction qui ne voulait rien dire et qui m'a fait hurler de colère.

D'ailleurs, ce problème se répète bon nombre de fois et je me suis dit que soit le problème venait de la traduction (alors même que je n'avais pas ressenti ça lors de la lecture du premier tome et alors que la traductrice est la même), soit que cela venait de la relecture et qu'il n'y avait pas eu de corrections.

Comble de malheur pour moi, petit à petit, je me suis aussi rendue compte que Tamara McKinley passait quand même par des détours un peu gros pour régler les problèmes des uns et des autres et que, finalement, les horreurs que l'on retrouve ici et dues quand même à une période très difficile trouvent une solution bienfaitrice pour Polly alors même que je ne l'aurais pas fait parce que cela enlève tout de même une part de crédibilité au roman.

Désolée de ne pas être plus précise mais si je le fais, je vais vous spolier...

Avec tout ça, je n'ai pas réussi à m'attacher au personnage de Polly (alors que Danuta, la polonaise, est adorable) et j'avoue que je suis un peu réticente à poursuivre avec cette série, surtout si le prochain ouvrage comporte autant d'erreurs que celui là ! et si l'histoire est un brin trop cousue de fil blanc, je sais que ça ne le fera pas.

Vais-je devoir lire aussi ces livres là en anglais pour continuer à apprécier cette auteure ?

Franchement, je n'espère pas parce que lire en VO me fatigue quand même beaucoup et puis j'ai découvert Tamara McKinley avec sa série Oceana que j'ai adorée et qui reste ma saga chouchou. Alors je vais croiser les doigts pour que le prochain roman soit mieux corrigé et revu avant publication pour que les lectrices comme moi puissent se plonger sans réserve dans une histoire qui les prendra aux tripes, ce qui ne fut pas du tout le cas avec Si loin des siens, ce que je regrette amèrement.

lundi 5 décembre 2016

Irena Sendlerowa : Juste parmi les nations

Auteur : Gilbert Sinoué
Editions : Don Quichotte (2016)
Nbre de pages : 294



Présentation de l'éditeur :
A partir de 1942, au péril de sa vie, Irena Sendlerowa, employée au Comité d'Aide sociale de Varsovie, réussit à faire évader près de deux mille cinq cents enfants du ghetto juif, alors gardé jour et nuit par les soldats nazis. Rusant auprès des autorités, elle les fait passer par les caves ou par les canalisations, dans des boîtes en carton, des valises, des sacs à dos, des taies d'oreiller, sous des ordures et même, une nuit, dans une boîte à outils. Irena Sendlerowa (1910-2008), résistante polonaise, a été déclarée "Juste parmi les nations" en 1965.


Mon avis :

J'ai fini cette lecture la semaine dernière et il est temps de vous en parler.

Avec le dernier roman signé Gilbert Sinoué, vous allez partir à la découverte d'un personnage qui s'est battu pour les enfants juifs du ghetto de Varsovie : Irena Sendlerowa.

C'est une femme dont je n'avais pas du tout entendu parler. Du coup, lorsque j'ai vu ce titre dans le programme des parutions aux Editions Don Quichotte, et sachant que Gilbert Sinoué est un écrivain que j'aime beaucoup, il ne m'en a pas fallu beaucoup pour vouloir le lire.

L'ensemble est très bien conçu par l'auteur car il va nous permettre de voir ce que fut la vie des juifs dans le ghetto de Varsovie et comment ce ghetto a été décidé par les nazis.

Pour autant, j'avoue avoir attendu un peu plus de cet ouvrage que ce qu'il présente.

Gilbert Sinoué va, en effet, survoler un peu trop rapidement l'ensemble, même si bien sûr l'ouvrage conserve des moments forts et particulièrement prenants.

Du coup, le fait que l'on passe un peu du coq à l'âne sur certains passages, cela ne m'a pas permis de ressentir autant d'émotions que ce que j'aurais pu le croire avant de démarrer cette lecture.

Et même si le personnage d'Irena Sendlerowa marquera l'Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, maintenant que les auteurs se penchent sur son cas, car jusqu'en 1999, elle n'était pas du tout connue du grand public, il n'en demeure pas moins que durant ma lecture je n'ai jamais eu d'angoisse particulière pour elle.

Peut-être est-ce dû à un prologue qui nous la présente en 2008 et que l'on sait donc d'avance qu'elle a survécu à tout ce qu'elle a pu organiser. Mais cela n'enlèvera pas tout ce qu'elle a pu endurer à Varsovie.

Cependant, les détails qui auraient pu rendre plus percutant ce roman n'y sont que dans une moindre mesure. Bien sûr on sait comment faisait la Gestapo pour obtenir des renseignements. Bien sûr que les nazis ont organisé des rafles. Mais ici, et même si c'est présent dans les pages, je n'ai pas trouvé que c'était vraiment à la hauteur d'un roman se devant être un devoir de mémoire.

Du coup, même si on sait qu'Irena Sendlerowa a maintes fois mis sa vie en danger pour sauver ces enfants (près de 2500 tout de même !), même si elle a été arrêtée par la Gestapo et même si certains passages donnent quelques détails de ce que fut cette vie dans le ghetto de Varsovie, il reste un peu trop léger au point que, malheureusement, je n'ai pas ressenti autant d'émotions et je suis restée très extérieure à ce que l'on me racontait.

Cela n'enlève pas la découverte d'une femme qui mérite d'être connue pour sa bonté, son coeur immense et tout ce qu'elle a pu faire pour ces enfants du ghetto.

C'est lundi... que lisez-vous ? (136)


Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière


Mouais... le constat est rude et amer. Un seul livre lu la semaine dernière, même si j'en ai commencé quand même un nouveau mais non terminé à ce jour...
Si loin des siens est le deuxième tome de la saga de Tamara McKinley parlant de la pension du Bord de Mer. J'en attendais vraiment autre chose et je l'ai trouvé très en dessous du premier tome. En plus, les coquilles et les traductions qui ne voulaient rien dire m'ont achevée. D'où la lenteur à le lire... Mon avis sera publié dès demain.

Ce que je suis en train de lire

Mayak, complexe nucléaire en Russie.
Au coeur de la nuit, un commando tchétchène fait irruption dans l'un des
entrepôts du site et s'enfuit avec deux cargaisons d'Uranium hautement
enrichi. Le nouveau cauchemar de l'Humanité commence.
Tomás Noronha est en vacances aux Açores lorsque Frank Bellamy, directeur
des Sciences et de la Technologie de la CIA, prend contact avec lui. Le jeune
et talentueux cryptologue portugais doit les aider à déchiffrer un message
d'Al Qaïda qu'ils ont intercepté et qui pourrait être une menace planétaire.

Quarante ans plus tôt, en Égypte, Ahmed est un jeune garçon pieux et particulièrement
brillant. Il a 7 ans lorsqu'il est présenté au cheik Saad qui lui enseignera
le Coran et les fondements d'un Islam modéré et pacifique.
Ahmed grandit, il étudie dans l'une des plus grandes universités islamiques du
Caire et se lie d'amitié avec un professeur charismatique qui lui présente un
autre Islam, celui du Djihad et de la guerre contre les infidèles. Le petit garçon
est devenu un jeune homme. Son âme reste partagée entre les discours de ses
deux maîtres spirituels, jusqu'au jour où il décide de prendre le chemin de la
radicalisation. Un chemin qui va le conduire bien loin...
Je me suis enfin lancée dans ce titre alors que je le programmais depuis 3 semaines. Au final, il se lit très bien et assez vite, même s'il m'a fallu quand même une bonne dose de concentration sur les 150 premières pages pour tenter de saisir la portée du Coran. Ou en tout cas, ce que l'on nous en dit via un personnage bien particulier. Il me reste un peu moins de 150 pages et j'ai hâte de pouvoir vous en parler.

Ce que je lirai ensuite


Je prévois en priorité La dame des deux terres que j'aurais dû lire la semaine dernière et je me compte bien me faire le dernier Andrea H. Japp qui n'est pas très gros non plus. A mon avis, ça devrait pouvoir le faire. Je croise les doigts.

Et vous ? Que lisez-vous ?
Je vous souhaite une très bonne semaine livresque... ou pas 😊

mercredi 30 novembre 2016

Let the wind rise (T3)

Auteur : Shannon Messenger
Editions : Simon Pulse (2016)
Nbre de pages : 284


Présentation de l'éditeur :
Vane Weston is ready for battle. Against Raiden’s army. Against the slowly corrupting Gale Force. Even against his own peaceful nature as a Westerly. He’ll do whatever it takes, including storming Raiden’s icy fortress with the three people he trusts the least. Anything to bring Audra home safely.
But Audra won’t wait for someone to rescue her. She has Gus—the guardian she was captured with. And she has a strange “guide” left behind by the one prisoner who managed to escape Raiden. The wind is also rising to her side, rallying against their common enemy. When the forces align, Audra makes her play—but Raiden is ready.
Freedom has never held such an impossible price, and both groups know the sacrifices will be great. But Vane and Audra started this fight together. They’ll end it the same way.


Mon avis :

Dernier tome de la trilogie Sky fall, Let the wind rise a été une lecture très prenante sur la première moitié du livre et un peu plus longue sur la seconde.

J'ai retrouvé avec plaisir Audra, Vane, Arella, Solana et les autres afin de mener le combat final contre Raiden.

Si la première moitié du bouquin est vraiment stressante et prenante c'est surtout parce que Vane et Audra sont séparés et qu'ils doivent s'organiser pour se retrouver afin de mener à bien ce combat que le lecteur attend avec impatience.

Autant dire que les situations respectives de l'une et de l'autre font que le lecteur a bien du mal à lâcher le bouquin.

J'ai vraiment angoissé avec Audra et Gus. J'étais tellement prise par la narration que j'en arrivais à avoir même les larmes aux yeux face aux atrocités dont Raiden se rendait coupable.

De lire en alternance les points de vue des deux protagonistes permet immanquablement au lecteur de décompresser pendant cette première moitié.

Vane est toujours aussi marrant, bourré d'un humour qui me faisait du bien et qui n'a fait qu'accentuer mon empathie pour lui.

Mais mais mais... lorsque la seconde moitié est arrivée et que Vane et Audra se retrouvent... je ne sais pas comment dire mais l'avancée m'a parue plus chaotique, plus longue et un peu moins intéressante.

On y parle bien sûr du lien brisé entre Audra et Vane; des reproches non-dits, des envies non formulées. En bref, une romance qui traîne quand même un peu en longueur au lieu d'aller au fond des choses.

Mais j'ai beaucoup apprécié découvrir Solana et Arella dans ce dernier tome. Ce sont des personnages qui prennent en profondeur et on a une approche différente d'elles au point que l'on commence à les aimer un peu plus, même si on reste un peu en retrait par rapport à ce qu'elles pourraient entraîner pour Vane et Audra.

Quoi qu'il en soit, l'ouvrage se lit assez bien et plutôt facilement. J'ai un peu plus traîné sur la seconde moitié parce que mon intérêt était un peu émoussé mais je voulais vraiment savoir comment se terminait la série sans devoir attendre la sortie VF.

Ce que je peux dire c'est que l'ensemble est bien mené et que je regrette d'une certaine façon de ne pas avoir lu cette série en VO directement parce que j'ai moins ressenti le côté jeunesse en anglais comme cela ressort en français. Vu que j'ai du mal en ce moment avec le YA selon les titres, me mettre une difficulté en lisant en anglais m'a permis de ne pas m'ennuyer.

En bref, Let the wind rise a été une lecture prenante et vraiment émouvante sur la première moitié du roman. Le final est un peu rapide mais l'ensemble vaut le coup de la découverte. Une chose est sûre je compte bien continuer à lire cet auteur mais en VO tant sa plume m'a enchantée.


mardi 29 novembre 2016

Les chroniques lunaires : Cinder (T1)

Auteur : Marissa Meyer
Editions : 12-21 (2013)
Nbre de pages : 284


Présentation de l'éditeur :
Les humains et les androids se pressent dans les rues bruyantes de la Nouvelle-Pékin. Une peste mortelle ravage la population. Depuis la lune, un peuple sans pitié observe la situation, en attendant de passer à l’attaque… Personne ne sait que le sort de la Terre ne dépend que d’une seule fille… Cinder est un cyborg, une mécanicienne très douée. Citoyenne de seconde classe, elle a un passé mystérieux, et vit avec ses désagréables belle-mère et belles-sœurs. Sa rencontre avec le prince Kai va la précipiter au cœur d’une lutte intergalactique. Partagée entre le devoir et la liberté, la loyauté et la trahison, elle doit découvrir les secrets de son passé, afin de protéger l’avenir de son monde.




Mon avis :

Je me suis enfin décidée à me lancer dans la série des Chroniques lunaires. Après un petit aperçu avec Il était une fois... Cinder que j'avais beaucoup aimé, j'ai mis un peu de temps à prendre ce premier tome. Je pense que j'appréhendais de ne pas l'aimer parce que, si je suis curieuse de lire des réécriture de conte, je suis aussi toujours sur la réserve. J'ai peur d'être déçue, tout simplement.

Avec Cinder, je dois être franche, le début a été chaotique parce que je ne m'attendais pas vraiment à découvrir une Cendrillon mécanicienne.

Le côté cyborg ne me dérangeait pas plus que ça vu que j'en avais eu un aperçu dans le préquel mais sa fonction de mécano a été pour moi une vraie "surprise" qu'il m'a fallu avaler...

Sur les quatre premiers chapitres, je lisais donc ce roman sans vraiment trop me fixer, me demandant à chaque chapitre si j'allais finalement adhérer ou pas.

Et puis, il y a ce problème de pandémie due à la létumose qui apparaît et, à partir de ce moment là, j'ai commencé à apprécier ma lecture au point qu'elle devait même addictive.

Je prenais les personnages comme ils venaient; j'acceptais leurs défauts et leurs faiblesses et je me suis laissée emporter par l'intrigue que construisait, doucement mais sûrement, Marissa Meyer.

J'ai fait la connaissance du prince Kai, de la fameuse Levana et de tant d'autres personnages auxquels j'ai fini par m'attacher sans le vouloir.

Il y a quand même des différences avec le conte de Cendrillon et notamment sur les rapports de cette dernière avec la fameuse belle-mère mais aussi ses "soeurs". Dans le conte, les deux filles sont méchantes avec Cendrillon alors que ce n'est pas le cas ici. Mais je n'en dirai pas plus...

L'intrigue donc est finalement accrocheuse et intéressante pour permettre au lecteur, même adulte, de se poser dans ce roman qui rappelle bien sûr les grandes lignes de Cendrillon dans un monde revu par Marissa Meyer et qui ne manque pas de nous surprendre.

Cette lecture a été une belle découverte, finalement, et m'a donné envie de continuer la saga avec le tome 2, Scarlet, que je lirai en 2017, à moins que je ne trouve du temps pour le lire en décembre.

Par contre, il ne sera pas un coup de coeur tout simplement parce que certaines choses sont quand même prévisibles malgré ce que l'auteur peut faire pour les cacher. Ce manque de surprise m'a fait un hocher la tête et tordre la bouche par moment mais cela ne m'empêchera pas de lire la suite avec plaisir.

En bref, Cinder a été une lecture fort agréable et sympathique que je ne regrette pas d'avoir lu et je me lancerai dans la suite avec plaisir et curiosité parce que quand même entre les humains, les cyborgs, les androïdes et les lunaires, on a de quoi de faire, sans compter sur cette pandémie qui tue sans compter.

lundi 28 novembre 2016

C'est lundi... que lisez-vous ? (135)


Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Mallou et repris par Galleane.
Le principe est simple, répondre à trois questions : Qu'ai-je lu la semaine précédente ? Que suis-je en train de lire ? Que vais-je lire ensuite ?

Ce que j'ai lu la semaine dernière




J'ai réussi à lire quatre titres et j'en suis bien contente. Mon rythme est plutôt bon et je croise les doigts pour que ça dure.
Trop géniale ! a été une lecture hilarante que j'ai regretté de quitter. Une vraie bouffée d'air frais et de bonne humeur qui fait du bien.
J'ai enchaîné avec Cinder qui traînait dans la liseuse depuis très longtemps. Après un début difficile, je me suis finalement laissée emporter par cette intrigue qui est surprenante et addictive. J'ai hâte de lire Scarlet.
Irena Sendlerowa est un roman historique nous faisant découvrir cette jeune femme polonaise qui a tout fait pour sauver des milliers d'enfants juifs du ghetto de Varsovie. Je m'attendais à quelque chose de plus profond, de plus poignant mais cela n'a pas été le cas. Pour autant, je suis ravie d'avoir rencontré ce personnage exceptionnel.
Quant à Let the wind rise il est enfin fini. Ouf ! Après une première moitié très prenante, j'avoue que j'ai eu un peu plus de mal avec la seconde partie que j'ai trouvée plus lente par certains moments et un final trop rapide à mon goût.
Mon avis sur Trop géniale ! est en ligne et je vous recommande chaudement d'aller le lire pour vous laisser tenter par cette lecture. Quant au reste, cela arrive dans la semaine.

Ce que je suis en train de lire

Septembre 1940. Polly Brown a accepté un poste d’infirmière à l’hôpital Cliffehaven, sur la côte Sud de l’Angleterre, afin de se rapprocher de Jack, son mari, grièvement blessé au front. Elle a dû se séparer d’Alice, sa fillette de 5 ans, envoyée au Canada pour fuir l’Europe en guerre.
À Cliffehaven, Polly emménage à la Pension du Bord de Mer, tenue par les époux Reilly. Là, elle y fait la connaissance de Danuta, une jeune Polonaise qui a perdu toute sa famille au début de la guerre.
Les deux femmes se serrent les coudes. En effet, bien que Polly soit une soignante qualifiée, l’infirmière en chef de l’hôpital refuse de lui accorder sa confiance et la traite comme une bonne à tout faire.
Au moment où Polly commence à se résoudre que Jack ne survivra peut-être pas à ses blessures, un télégramme parvient à la Pension. Un U-boat allemand a torpillé le bateau dans lequel se trouvait Alice…
Je n'ai commencé ce roman que ce matin et je n'en ai lu qu'à peine 40 pages. Je suis ravie d'avoir retrouvé l'écriture de Tamara McKinley qui emporte son lecteur dès le départ. Quant à l'histoire, elle se pose doucement mais j'ai hâte de pouvoir m'y plonger sérieusement dedans.

Ce que je lirai ensuite


Il serait temps que j'arrive à lire Furie divine que je prévois depuis maintenant 3 semaines. Mais je crois que son heure va venir. J'enchaînerai ensuite avec un roman qui me tente depuis son arrivée. La dame des deux terres a l'air juste magnifique.

Et vous ? Que lisez-vous ?
Je vous souhaite une excellente semaine livresque.